Almanach de l’Ain-Bresse-Bugey 2013 PDF

Contactez le propriétaire de cette base. Almanach de l’Ain-Bresse-Bugey 2013 PDF de personnes ayant effectué le même métier, ou victimes des mêmes causes. 2015 – Lien supprimé – Alors que nous faisions la promotion pour ce site !


La collection des Almanachs des Terroirs de France qui compte désormais plus de quarante terroirs différents, ce qui prouve d’ailleurs la grande diversité de notre pays, tire sa raison d’exister de deux grands principes, de deux grandes raisons. La première est géographique, ethnographique et même génétique. Le monde, c’est grand, c’est impersonnel, c’est difficilement palpable. Et nos dirigeants, nos penseurs, nos intellectuels nous y entraînent pourtant, souvent sans nous demander notre avis et souvent aussi, soyons justes, avec d’honnêtes arguments. Mais heureusement il nous reste nos terroirs, nos traditions, nos langues, nos patois. Le terroir, c’est chez nous! On en connaît parfaitement les contours, les rites, les habitudes, les qualités… et les défauts. Le terroir, c’est l’endroit où sont enfouies nos racines! C’est un peu de terre qui nous colle aux pieds! Cette terre foulée par nos arrière-grands-parents, nos grands-parents, nos parents et qui sera foulée, plus ou moins longtemps, après quelques escapades, par nos enfants, nos petits-enfants, du moins nous l’espérons. État d’esprit qui pourrait se résumer par cette formule: Européen certes, Français bien sûr, mais Solognot, ou Berrichon, ou Landais, ou Picard, ou Lorrain, ou Auvergnat, ou … d’abord! La deuxième est plus pratique, plus utilitaire. Depuis toujours les hommes ont eu besoin de se repérer dans le temps avec des marques, des limites précises permettant de se projeter dans l’avenir en s’appuyant sur le passé. L’homme aime vivre au rythme des saisons, au rythme des fêtes en parfait accord avec le calendrier liturgique. Les coutumes et les traditions étant au fil des mois des haltes dans le déroulement d’un temps qui passe bougrement vite. Aussi, les hommes eurent-ils dès qu’ils surent lire et écrire le souci de « baliser », en quelque sorte, les jours qui s’enfuyaient. Les Égyptiens furent parmi les tous premiers à repérer les cycles du soleil et de la lune. Leur système fut ensuite amélioré par Jules César, puis par le Pape Grégoire. Ce pape associa le nom d’un saint à fêter plus particulièrement ce jour-là. Il faut savoir qu’autrefois, les congés n’existaient pas. Par contre, il existait en France environ quatre-vingts jours chômés correspondant à autant de fêtes religieuses prétextes à diverses célébrations : offices, pèlerinages, procession, etc… Puis avec le progrès et grâce à Gutemberg, le calendrier devint le document le plus diffusé dans le royaume. Devant l’intérêt grandissant, certains éditeurs décidèrent de le rendre plus attrayant et plus pratique. Grâce à l’ajout de diverses rubriques, les calendriers prirent la forme de petits livres. Les « almanachs » voyaient le jour. L’on pouvait y trouver la liste des foires, des conseils botaniques, des notions de morale, des prescriptions d’hygiène, des récits historiques ou d’actualité… C’est pour ces raisons que dans les Almanachs des Terroirs de France vous retrouvez toutes les rubriques d’informations pratiques, calendaires, météorologiques… auxquelles s’ajoutent des récits, des légendes, des traditions, des histoires, des anecdotes, des recettes des régions concernées. S’y ajoute un peu de cette fameuse terre dont je parlais plus haut, cette terre qui nous appartient puisque transmise par nos ancêtres.

Est-ce que cette personne demande aussi aux moteurs de recherches de ne pas référencer son site ? Relevés et Dépouillements gratuits des registres paroissiaux et d’état civil. 000 actes en accès gratuit pour tous. Actes d’Etat Civil – BMS – Archives. Ceux-ci sont accordés en adhérant à une association.

Rodovid est un « arbre généalogique wiki » multilingue. Il facilite la saisie et la sauvegarde de sa propre généalogie tout en permettant de la compléter en la liant à celles des autres. Les arbres sont communautaires, ce qui permet d’éviter une dispersion et une multiplication de doublons. Attention parfois certains des sites listés sont payants ! Ancêtres sur neuf générations – plus de 3 200 personnes. Manoir de la Charme à Montrevel-en-Bresse. Montrevel est située dans la région naturelle de la Bresse.

Le bourg, situé dans la vallée de la Reyssouze, se situe à vingt-trois kilomètres à l’est de Mâcon et à seize kilomètres au nord-ouest de Bourg-en-Bresse. Localisation de Montrevel dans l’Ain et le canton d’Attignat. La commune est traversée par divers cours d’eau dont la Reyssouze, rivière la plus importante. Toutefois, elle ne rentre pas dans le territoire puisqu’elle forme la frontière nord-est de Montrevel qu’elle partage avec Malafretaz. Venant de Saint-Martin-le-Châtel par le sud là où elle prend sa source, le Reyssouzet passe dans l’est du territoire puis stagne à la frontière avec Saint-Didier-d’Aussiat puis Marsonnas avant de continuer à Jayat. Ensuite, le bief de l’Abras prend sa source dans le hameau de Vigneret avant de se jeter dans le Reyssouzet à la frontière avec Marsonnas non loin de la route départementale 28. Enfin, ce cours d’eau a un affluent qu’est le ruisseau de Cuet.

Ce ruisseau prend sa source dans la même commune que le Reyssouzet et la confluence entre les deux cours d’eau se trouve près de Cuet le long de la route D67. Le climat y est de type semi-continental, avec des hivers normaux, des étés chauds, et des précipitations tombant majoritairement en été. Les valeurs climatiques de 1981 à 2010 pour la station de Mâcon, station la plus proche, sont les suivantes. Axes de communication de la commune. La route D28 en direction de Marboz. Montrevel-en-Bresse est située au carrefour de deux voies. La première est la route départementale 975.

Voie reliant de Tournus à Bourg-en-Bresse, elle est la route nationale 75 avant que ce tronçon ne soit déclassé en 1973. L’autre axe de communication est actuelle la route départementale 28 qui relie les communes de Marboz et de Crottet vers la gare de Pont-de-Veyle. Autre voie importante au niveau local, la route D67 démarre au carrefour avec la D28. En continuant sa route dans le sud, l’axe traverse le hameau de Cuet puis se dirige vers Curtafond et Saint-Martin-le-Châtel. La commune n’est traversée par aucune autoroute mais deux sont situées à proximité.

La plus proche est l’autoroute A40 qui relie Mâcon à Genève et passe à Curtafond, Polliat et Attignat. Montrevel dont la ligne de Chalon-sur-Saône à Bourg-en-Bresse. D’une longueur de 77,804 km, la ligne commence à être exploitée par la SNCF en 1938 qui supprime l’année suivante le transport des voyageurs. Suite à l’essor de l’automobile et des problèmes qui s’accumulent, le transport des marchandises et des voyageurs s’arrête en 1936. Afin d’assurer des liaisons entre la ville-préfecture et Montrevel, le conseil départemental a mis en place une ligne de car reliant Bourg-en-Bresse à Romenay, commune de Saône-et-Loire. Cette ligne, la ligne 150, fait partie du réseau interurbain de l’Ain.