Amphitryon ; L’Aululaire ; Le soldat fanfaron PDF

Sarsina dans l’ancienne Ombrie, maintenant située en Émilie-Romagne et mort en 184 av. Acteur dans un rôle d’esclave, avec un masque comique. Sarsina, village de naissance de Plaute. Amphitryon ; L’Aululaire ; Le soldat fanfaron PDF’après la tradition, il s’est alors suffisamment enrichi pour s’engager dans le commerce maritime où, cependant, il réussit plutôt mal, si bien qu’il doit s’embaucher comme manœuvre, activité lui laissant toutefois le loisir d’étudier le théâtre grec, particulièrement la nouvelle comédie et son principal représentant, Ménandre.


Amphitryon part guerroyer contre les Téléboens. Son épouse, la vertueuse Alcmène, attend son retour avec impatience. Mais Jupiter, séduit par ses charmes, la dupe en prenant les traits de l’absent. De son côté, Mercure, le messager de Jupiter, s’amuse à faire douter de sa propre existence Sosie, dont il a également pris l’apparence. L’avare Euclion n’a qu’une obsession: mettre en lieu sûr l' »aululaire », une marmite remplie d’or. Que les prétendants se le tiennent pour dit: il ne dépensera pas un sou pour marier sa fille ! Pyrgopolinices, soldat fanfaron, a enlevé la jeune fiancée de Pleusiclés. Les deux amants pourront-ils un jour se retrouver ? Par chance, un esclave rusé veille sur eux et rivalisera d’invention pour ridiculiser le ravisseur… Ces comédies virevoltantes, Plaute les a écrites pour un public populaire avide de dépaysement et de rebondissements. Près de deux mille ans plus tard, Molière s’inspirera de ces quiproquos improbables.

Après la mort de Plaute, la Comédie est en larmes, La Scène est déserte, le Rire, la Facétie et le Divertissement, Les Rythmes innombrables tous ensemble se sont mis à pleurer. La seconde famille est constituée par les codices Palatini, ainsi appelés car les principaux d’entre eux, B, C et D, ont été pendant une certaine période réunis à Heidelberg dans la bibliothèque du prince-électeur du Palatinat du Rhin. Le contexte historique dans lequel Plaute a écrit peut dans une certaine mesure être induit de ses commentaires sur les événements et les personnalités dont il a été le contemporain. République romaine accroit son pouvoir et son influence, son théâtre en est toujours aux balbutiements. Dans la mesure où ses pièces ne les choisissent pas comme héros, Plaute a parfois été accusé d’inculquer au public le mépris ou la dérision des dieux.

Pour autant, les personnages bafouant les divinités sont habituellement des individus de bas étage que Plaute a peut-être justement choisis pour leur irrévérence. Ainsi, parasites, proxénètes et courtisanes ne les honorent qu’avec parcimonie, et les soldats, quant à eux, les ridiculisent ouvertement. Parcours d’Hannibal Barca, de l’Espagne carthaginoise vers l’Italie romaine, puis son retour à Carthage. Italie par Hannibal aurait pu avoir des conséquences désastreuses pour la cité.

Un bon exemple en est fourni par A. Ne vois-tu pas les ennemis qui s’approchent ? Plaute cherche apparemment à ce que ce plan soit approuvé par le Sénat, échauffant son public avec l’idée d’un ennemi proche, et l’appelant à le vaincre. Il est donc raisonnable de dire, selon P. Plus tard, alors qu’elle se remet à peine de son affrontement avec Carthage, Rome se prépare déjà à entreprendre une autre expédition militaire vers la Grèce.

Mais repartir en guerre n’est pas tâche aisée après les récents affrontements avec Carthage, de nombreux Romains se trouvant trop fatigués pour penser à de nouvelles campagnes. Plautus’ Stichus and the Political Crisis of 200 B. Plaute, Stichus et la crise politique de 200 av. Par exemple, les personnages de filles dévouées à leur père semblent obsédés par l’idée d’officium, de  devoir , d’ obligation morale . En plaidant sans relâche pour la prise en considération de la détresse des petites gens, Plaute se positionne clairement aux côtés du citoyen romain moyen. Sans faire de référence explicite à une possible guerre contre la Grèce ni à celle qui a été menée contre Carthage, ce qui eût été trop dangereux, il laisse entendre que le gouvernement devrait d’abord veiller au bien de son propre peuple avant d’envisager de nouvelles actions militaires. La comédie nouvelle de Ménandre et ses similitudes avec le théâtre de Plaute ne se comprennent que si on connaît la démarche de la comédie ancienne et son évolution.

Articles détaillés : Comédie moyenne, Alexis le Comique et Antiphane. La nouvelle comédie diffère beaucoup des pièces d’Aristophane. La prise de risque, caractéristique d’Aristophane, est absente chez Ménandre, l’attention se portant bien davantage sur la maison et la cellule familiale – trait que les Romains, Plaute inclus, allaient aisément comprendre et intégrer. Anderson, les pièces de Plaute sont beaucoup moins crédibles et réalistes que celles de Ménandre, tirant plus sur la farce.

C’est dans les prologues que les styles respectifs de Ménandre et de Plaute se comparent le mieux. Cependant, chez Ménandre comme chez Plaute, le jeu de mots est essentiel à la comédie. Son attirance pour les jeux de mots est bien connue, en particulier pour le nom des personnages : dans le Miles Gloriosus, par exemple, celui de la concubine, Philocomasium,  qui adore la fête ,  la fêtarde , semble tout à fait approprié dès lors que les tours et les façons pendables de cette prostituée apparaissent au grand jour. Cet usage des prologues, servis le plus souvent par le servus callidus, apporte à la pièce vigueur et vitalité. Il y parvient, selon certains, grâce au monologue, au mode impératif et à l’allitération – tous outils linguistiques efficaces, à l’écrit comme à l’oral. Autre moyen par lequel le servus callidus asseoit son autorité tout au long de la pièce, en particulier sur les autres personnages : l’usage de l’impératif, qui sert, selon E.

Dis Exapaton de Ménandre, dont l’action principale concerne les trahisons sévissant entre groupes d’âge différent et amis, le fils reste loyal envers son père, avec qui il entretient une relation très forte et toujours centrale, même si elle n’affecte pas directement la démarche de chacun des personnages principaux. Les personnages se retrouvent souvent d’une pièce à l’autre : issus eux aussi de la comédie grecque, ils n’en subissent pas moins quelques modifications. De fait, comme Plaute se livre à des adaptations, il est normal de retrouver chez lui les mêmes types : esclaves, courtisanes, soldats, vieillards. L’éventail des personnages relève de techniques variées, dont la plus significative est le recours à des personnages-types et des situations conventionnelles, surtout lorsque l’auditoire s’en amuse. Dans le Miles gloriosus par exemple, le  soldat fanfaron  Pyrgopolynice ne montre sa vanité et son immodestie que dans le premier acte, mais le parasite Artotrogus grossit ses exploits, formulant des allégations de plus en plus ridicules, auxquelles leur bénéficiaire acquiesce sans contester. Acteur dans le rôle d’un esclave rusé perché sur un autel et prêt à voler une bourse.

Le type de  l’esclave astucieux , qui se retrouve dans nombre de pièces, illustre bien sa méthode : personnage d’envergure, tout à la fois présentateur, élément de comédie et moteur de l’action, il dérive, selon C. Stace, de la  nouvelle comédie  grecque, mais est modifié selon les besoins. Philip Harsh montre que l’esclave intelligent, le servus callidus, n’est pas une invention de Plaute, comme l’ont longtemps cru les critiques. Ménandre n’en faisant jamais intervenir selon ce schéma. Papyrus provenant du site d’Oxyrhynque, en Égypte. Dis Exapaton de Ménandre présente une machination exécutée par un esclave intelligent, dont Plaute s’inspire pour ses Bacchides. Des servi callidi apparaissent également dans les pièces Thalis, Hypobolimaios de Ménandre, de même que dans le fragment papyrologique de sa Perinthia.