Archives Italiennes de Biologie, Volume 21 PDF

Si ce bandeau archives Italiennes de Biologie, Volume 21 PDF’est plus pertinent, retirez-le. Photographie rapprochée de la peau humaine. Elle est la première barrière de protection de l’organisme des animaux vertébrés.


La dermatologie est la spécialité médicale qui traite les affections de la peau. Un traitement médical basé sur une substance active qui doit être administrée en lui faisant traverser la peau est dit  percutané . Dans le monde animal la peau des myxines est parmi les plus lâche et souple. Selon l’espèce considérée la peau est plus ou moins épaisse, souple, innervée et riche en vaisseaux sanguins, et plus ou moins liée aux muscles et fascia et organes sous-jacents. Un des cas les plus spectaculaires est celui des Myxine qui peuvent faire des nœuds complexes, s’enfouir dans le sédiment ou s’introduire dans un cadavre immergé, et passer comme les poulpes et certains rongeurs dans des trous de faible diamètre.

L’épiderme est composé principalement de kératinocytes, qui sont segmentées dans la couche cornée, ainsi que les mélanocytes, donnant la pigmentation de la peau et sont juste au-dessus de la strate germinative. La couche épineuse est formée de cellules polygonales, les noyaux sont ronds et le cytosol a des caractéristiques basophiles. Cette couche possède une teneur plus élevée en tonofibrilles que la couche germinative. La kératohyaline est un précurseur de la kératine. Lorsque les kératinocytes atteignent la dernière couche de cellules épidermiques, elles meurent et déchargent leur contenu dans l’espace intercellulaire. Le Stratum lucidum se distingue par une zone très mince avec des caractéristiques éosinophiles. Cette couche se distingue comme la plus épaisse et éosinophiles.

Le Stratum corneum se compose de lignes des cellules aplaties principalement composées de kératine. Chaque jour, nous éliminons les couches de ces cellules. Articles détaillés : Microbiote cutané humain et Microbiote de l’organisme humain. Presque tous les mammifères ont une peau recouverte de poils. Ceux-ci interviennent dans la régulation thermique par leur rôle isolant contre le froid ou le chaud, ce en créant une couche d’air isolante entre la peau et les poils. Le fonctionnement est identique à celui des plumes. La peau, caractérisée par une grande capacité de régénération et de cicatrisation, constitue – en continuité avec les muqueuses – une barrière physique souple qui protège les tissus et les organes de la plupart des agressions extérieures.

Par ailleurs, elle joue un rôle de protection contre les rayons solaires, en particulier les ultraviolets, notamment grâce à la présence de mélanocytes. La peau joue un rôle dans la nociception. Les terminaisons nerveuses contenues dans la peau, et notamment au bout des doigts, permettent à l’homme d’explorer son environnement par le toucher. Certaines cellules épidermiques jouent un rôle important dans la protection immunitaire du corps humain.