Arletty: Si mon cœur est français PDF

Según Manuel Vicent, fue amante de Albert Camus. Se veía con ella en el hotel La Louisiane. Comienza su carrera como actriz de teatro y radio, pero, muy pronto, siguiendo los consejos de Anne-Marie Cazalis y Jean-Paul Sartre, decide cantar profesionalmente. Gréco aún no había cantado arletty: Si mon cœur est français PDF de modo profesional, y seguía considerándose actriz.


Arletty ! Immédiatement, on pense à sa célèbre réplique : « Atmosphère, atmosphère. Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? » Et que dire de « Si mon cœur est français, mon cul est international » répondant ainsi aux accusations de collaboration pendant l’Occupation.

De 1940 à 1944, Arletty a été l’actrice française la plus populaire, et, de loin, la mieux payée de son temps, invitée dans les salons les plus huppés de la Collaboration artistique et politique de Paris, et amoureuse à la folie d’un bel officier allemand, membre du parti nazi depuis 1938, un ami personnel de Goering. Pourtant, a-t-elle objectivement collaboré ?

Preuves à l’appui, David Alliot montre que l’Occupation a été la période la plus riche et la plus intense de la vie de l’actrice. Son chant du cygne, aussi.

Longtemps, le silence a entouré les amours féminines qu’Arletty entretenait secrètement. Grâce à des archives inédites, David Alliot brosse le portrait de la môme de Courbevoie, cette belle et insolente Garance des Enfants du paradis, avec son accent des faubourgs, ses répliques cinglantes et son anticonformisme, qui paiera cher sa passion pour un « boche ». À la Libération, elle sera arrêtée et emprisonnée quelques semaines pour « trahison » et « collaboration avec l’ennemi » mais jamais condamnée.

Avec subtilité, David Alliot retrace cette période de la vie d’Arletty où on la voit côtoyer Jacques Prévert, Jean-Louis Barrault, Pierre Brasseur ou Sacha Guitry, tant elle a été l’une des actrices mythiques du cinéma français.

El filósofo no pudo menos que reírse antes de contestar: « Si quiere cantar, debería hacerlo ». Sus dificultades para encontrar canciones adecuadas a su estilo la llevaron a descubrir a varios compositores que, posteriormente, llegarían a ser famosos, como Jacques Brel, Serge Gainsbourg o Léo Ferré. 1950: Si tu t’imagines, poema de Raymond Queneau composición musical de Joseph Kosma. 1950: La Fourmi, poema de Robert Desnos composición musical de Joseph Kosma. 1951: Je suis comme je suis, letra de Jacques Prévert y música de Joseph Kosma. 1953: La Fiancée du pirate, extraída de L’Opéra de quat’sous, adaptación francesa de André De Mauprey según letra de Bertolt Brecht, música de Kurt Weill. 1954: Coin de rue, letra y música de Charles Trenet.

1955: Chanson pour l’Auvergnat, letra y música de Georges Brassens. 1960: Il n’y a plus d’après, letra y música de Guy Béart. 1961: Jolie môme, letra y música de Léo Ferré. Robert Nyel y música de Gaby Verlor. 1962: Accordéon, letra y música de Serge Gainsbourg.

1962: Paris canaille, letra y música de Léo Ferré. 1963: La Javanaise, letra y música de Serge Gainsbourg. 1966: Un petit poisson, un petit oiseau, letra de Jean-Max Rivière y música de Gérard Bourgeois. 1967: Déshabillez-moi, letra de Robert Nyel y música de Gaby Verlor. 1970: Les Pingouins, letra y música de Frédéric Botton. 1971: La Chanson des vieux amants, letra de Jacques Brel y música de Gérard Jouannest. 1971: J’arrive, letra de Jacques Brel y música de Gérard Jouannest.

1972: Mon fils chante, letra de Maurice Fanon y música de Gérard Jouannest. 2006: La Chanson de Prévert, letra y música de Serge Gainsbourg. 2009: Le Déserteur, letra y música de Boris Vian. 2009: Le Solitaire, letra de Brigitte Fontaine .

Rudolph Maté : la cantante — Canta Romance et L’amour est parti. Richard Pottier : Maroussia — Canta Mon cœur n’était pas fait pour ça. Vincent Sherman: Maria — Canta Demain il fera jour. Anatole Litvak: Juliette — canta L’amour est plus jeune que la mort.

1999: Lettre à mon frère Guy Gilles, cinéaste trop tôt disparu, documental de Luc Bernard: ella misma. 2001: Belphégor, le fantôme du Louvre: la señora que pasea en el cementerio. París después de la Liberación 1944-1949, Antony Beevor y Artemis Cooper. Tarareada por Arletty tras una primera versión musical en la película Les Enfants du paradis, Gréco hace « su canción » de una nueva composición de Joseph Kosma. Interpretada por Yves Montand en la película de Carné y anteriormente por Cora Vaucaire, Gréco contribuyó a hacer de esta canción un clásico mundial.