Arpèges à la Basse en images PDF

Si vous êtes l’auteur d’un média que vous souhaitez partager, importez-le. Si vous n’êtes pas l’auteur, vous pouvez néanmoins faire une demande de libération d’image à son auteur. Glenn Gould disait :  La technique du piano est en vérité très simple, mais il faut des années pour la maîtriser . Les observateurs attentifs des gravures, arpèges à la Basse en images PDF, photographies et vidéo de pianistes célèbres seront surpris de constater à quel point la position des pianistes face à leur clavier est variée.


A user friendly photo chord guide showing basic chord tones for major, minor, dominant 7th, sus 7, minor 7, major 7, diminished, augmented, sixth, minor 6th, 7#5 and 7b5 chords. The arpeggios for each of the above chord forms are pictured on the fretboard and given in notation and diagram form in all twelve keys! In French.

Pour les débutants, la recherche de la position idéale n’est pas aisée et demande de l’expérience. Lorsque l’on joue du piano, l’important étant de sentir dans le corps un tout. Des pieds jusqu’à la tête, les muscles, les articulations doivent être à leur place pour pouvoir exactement au moment où on veut, jouer exactement comme on veut. Dans notre cerveau, nos oreilles il y a le morceau de musique et il doit passer de l’état non accompli à accompli. Il faut qu’il passe de l’état spirituel à l’état matériel: du son. Il ne doit rester aucune tension nerveuse. Mais toute cette technique n’est pas une fin, ce n’est qu’un moyen.

Certainement le meilleur pianiste de tous les temps et un des plus grands techniciens pianistiques, Liszt a dit :  » Pour le virtuose, la technique n’est qu’un moyen d’accéder à d’autres mondes. Pour n’importe quel style et n’importe quelle époque, le pianiste doit être souple pour, par ses actions sur le clavier, optimiser la qualité sonore du morceau. Le manque de souplesse fait perdre la valeur musicale du morceau. La souplesse est avant tout une sensation physique. Pour acquérir cette souplesse il faut toujours commencer par être assis de façon confortable au piano. On remarque que les grands pianistes posent leurs doigts sur le clavier de façon différente : à plat ou arrondis, recroquevillés, étendus, d’autres semblent beaucoup utiliser les poignets ou les bras, les doigts ayant une moindre importance. La technique de doigts est utilisée pour faire passer un poids, une attaque à la touche et créer un son.

Il faut savoir clairement quel son on veut obtenir pour utiliser la technique de doigts appropriée. Pour ce qui est des doigtés on citera Debussy:  » À chacun de choisir son doigté pour jouer le plus confortablement possible ». Le pianiste doit faire attention à regarder ses propres doigts avant de chercher quelle technique il utilisera pour jouer. Par exemple, Vladimir Horowitz et Franz Liszt avaient de grandes mains et de très grands doigts qui ont influencé leurs choix techniques. Chopin lui, en se fondant sur les particularités propres aux cinq doigts de la main a construit une technique de doigt particulière, notamment pour l’index et l’annulaire qui sont plus durs à ressentir que les autres. Il faut aussi savoir adapter la manière dont on joue au type de musique que l’on joue.

La technique de doigts au piano provient de la technique claveciniste d’abord, les clavecinistes bien que jouant aussi sur un clavier n’utilisent pas les doigts de la même manière. Il serait absurde et ridicule d’utiliser la technique de Liszt pour jouer du Mozart car ils n’ont pas utilisé le même instrument pour composer, d’où leurs habitudes techniques différentes, de même que l’on n’utilise pas ses doigts de la même façon pour jouer Brahms et Debussy. En général ce qui est recommandé est de sentir une voûte dans la paume de la main au niveau des métacarpes. Le poignet doit être au niveau du clavier, les métacarpes plus haut que le poignet pour permettre une meilleure sensation de la voûte qui part de la base du petit doigt et relie jusqu’au pouce. Les doigts doivent être posés et jouer arrondis, le doigt frappe la note grâce à la rapide articulation des métacarpes et non pas grâce à l’abaissement du poignet.

L’abaissement du doigt sur le clavier est appelée attaque et est en réalité une tension du muscle dans la paume immédiatement suivie d’une détente. Suivant comment on veut attaquer la touche, le doigt frappera la touche depuis un point haut ou bas, on jouera dans le fond de la touche pour faire des pianissimo ou en levant les poignets pour avoir un toucher léger. Pour développer et relier cet article sur les doigts avec sur la technique pianistique en général, on a vu que c’est aussi question de sensations et une affaire de tout corporel et donc les doigts doivent aussi bénéficier de l’aide des poignets qui pivotent latéralement et verticalement. Les accords sont souvent joués avec le poids des épaules pour jouer un son bien plein. Mais encore une fois, tout dépend du son que l’on veut faire sortir.

Le débutant apprend, dès son 1er cours, que sa main doit former une « voute » comme s’il tenait une balle. Pour garder cette voute, le professeur invite l’élève à retrouver seul la position en englobant son genou avec sa main. Le poignet joue un rôle primordial lors de l’exécution d’un morceau de musique. Avec le bras et l’épaule c’est lui qui va garantir la souplesse des gestes et la fluidité de la musique.