Cézanne et Paris PDF

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur cézanne et Paris PDF. En savoir plus et gérer ses paramètres ici. L’exposition sera accompagnée d’une application mobile.


Sous la direction de Denis Coutagne Paul C�zanne (1839-1906), aixois d�origine, se rend pour la premi�re fois � Paris en 1861, sur les injonctions pressantes de son ami d�enfance, �mile Zola. Contre l�avis de sa famille, C�zanne prend la d�cision de devenir peintre et de conqu�rir ce milieu parisien en dehors duquel aucune carri�re artistique ne peut alors s�imposer. Tout au long de sa vie, C�zanne fera plus de vingt allers et retours entre Aix et Paris, sans jamais se fixer dans la capitale, malgr� des s�jours parfois prolong�s. Paradoxalement, C�zanne ne prend pas Paris pour sujet de ses peintures, il ne repr�sente pas ses rues, ses monuments, la vie de quartier ou les grandes transformations urbaines comme le font nombre de ses contemporains : Caillebotte, Guillaumin, Pissarro� Que cherchait donc C�zanne � Paris ? Quelle influence la capitale a-t-elle exerc�e sur sa peinture ? Le milieu artistique et intellectuel tr�s libre de pens�e comme de moeurs qu�il fr�quentait exer�ait-il sur C�zanne une tentation � laquelle il cherchait surtout � ne pas succomber ? L�effervescence cr�atrice qui animait la ville l�attirait-elle comme une substance indispensable au d�veloppement de son art. L�ouvrage explore ces questions � travers six sections th�matiques qui suivent le parcours du peintre dans Paris et sa r�gion, les motifs et les choix picturaux qu�il adoptera.

Elle abordera plus largement le thème de Paris au début du siècle et nous guidera dans l’exposition ainsi que dans les collections permanentes du Petit Palais. L’exposition PARIS 1900, LA VILLE SPECTACLE invite le public à revivre les heures fastes de la capitale française au moment où elle accueille l’Exposition Universelle qui inaugure en fanfare le 20e siècle. Petit Palais dans le Paris de la Belle Epoque. Les innovations techniques, l’effervescence culturelle, l’élégance de la Parisienne seront mis en scène comme autant de mythologies de ce Paris dont la littérature et le cinéma n’ont cessé depuis de véhiculer l’image dans le monde entier. Dans une scénographie inventive intégrant le tout nouveau cinématographe au fil du parcours, le visiteur est convié à un voyage semblable à celui des 51 millions de touristes qui affluèrent à Paris en 1900.

Le parcours organisé autour de six pavillons débute par une section intitulée Paris, vitrine du monde évoquant l’Exposition Universelle. A cette occasion, les nouvelles gares de Lyon, d’Orsay et des Invalides sont construites tout comme la première ligne du métropolitain . Mais Paris 1900 ne saurait se résumer à l’Exposition Universelle : la Ville lumière proposait bien d’autres occasions d’émerveillement et de dépenses. La troisième section dévolue aux Beaux-Arts démontre la place centrale de Paris sur la scène artistique.

Salons et vendre grâce aux réseaux montants des galeries d’art. Des toiles du finlandais Edelfelt, de l’espagnol Zuloaga ou de l’américain Stewart, évoqueront ce climat international. Le visiteur découvre ensuite les créations d’une mode parisienne triomphante qui affichaient son succès dès l’entrée de l’Exposition Universelle dont la porte monumentale était surmontée d’une figure de Parisienne habillée par Jeanne Paquin. Les maisons de couture de la rue de la Paix attirent un monde cosmopolite et richissime, qu’imitent les midinettes. Les deux derniers pavillons offriront une plongée dans le Paris des divertissements : des triomphes de Sarah Bernhardt à ceux d’Yvette Guilbert, de Pelléas et Mélisande de Debussy à l’Aiglon de Rostand, de l’opéra au café-concert, du cirque à la maison close. Autant d’illustrations des côtés brillants et obscurs d’une cité qui se livrait sans compter afin de conforter l’idée qu’elle demeurait la capitale du monde et la reine des plaisirs. Si le mythe de la Belle Epoque a perduré jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas seulement par contraste avec l’horreur de la Grande Guerre qui lui succéda, c’est bien parce qu’il repose sur un foisonnement culturel réel dont cette exposition veut rappeler la force inégalée.

Epilogue d’Alfred de Musset et adaptation de M. 2016 Petit Palais Musée des Beaux Arts de la Ville de Paris. Schweiz ist eine Hommage an seine Geburtsstadt Paris. Sie zeigt, wie der leidenschaftliche Verfechter und Vertreter der abstrakten Kunst zu einer zentralen Figur der Pariser Avantgarde in den ersten Jahrzehnten des 20. Unsere Website ist der Anfang dieser spannenden Geschichte. Schau Sie in Delaunays Kunst und sein künstlerisches Milieu ein. Verpassen Sie nicht die Begleitangebote für Erwachsene und für Kinder!