Carte routière, numéro 102 : Bretagne PDF

En 1967, les lignes ont été fermées à l’exception des lignes Carhaix-Guingamp et Guingamp-Paimpol, qui ont été converties à l’écartement standard. En 2008, il ne subsiste que ces lignes et quelques vestiges répartis sur les lignes déferrées. Compagnie du Chemin de carte routière, numéro 102 : Bretagne PDF de Paris à Orléans.


Particulièrement détaillée et fourmillant d’infos pratiques et de loisirs, cette carte vous invite à partir à la découverte de la Bretagne.

Carte régionale de la Bretagne avec index des localités. Plan du centre-ville de Rennes (échelle : 1/9 000e) avec index des rues + sens uniques, parkings, voies piétonnes, stations de métro. Localisation des stations Vélo Star, système de location de vélos en libre-service. Infos pratiques et de loisirs.

Ne souhaitant pas exploiter directement ce réseau, la Compagnie de l’Ouest décida d’en affermer son exploitation à la Société générale des chemins de fer économiques qui exploitait déjà de nombreux réseaux d’intérêt local. Le 8 juillet 1909, une extension du réseau fut déclarée d’utilité publique. Elle complétait la ligne de Châteaulin jusqu’à Camaret. Carhaix – Loudéac, Loudéac – La Brohinière. Il existait des embranchements pour rejoindre les ports, les carrières ou autres industries situés à proximité de la voie. Gare de Rostrenen, gare de correspondance avec les Chemins de fer des Côtes-du-Nord. Châteaulin et Rosporden avec la ligne de Savenay à Landerneau Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans.

Gourin avec la ligne Gourin – Meslan des chemins de fer du Morbihan. Pont transbordeur en gare de Loudéac. Ces lignes secondaires étaient, elles aussi, à l’écartement métrique avec des normes similaires, ce qui rendait possible l’échange de matériel. Un troisième rail a été ajouté à la ligne de Guingamp à Paimpol en 1924. Cet ajout faisait suite à une loi du 22 juillet 1923 et permettait la circulation de matériel à écartement normal sur cette ligne. Dès 1939, le trafic voyageur des lignes de Carhaix à Morlaix, de Loudéac à La Brohinière et de Perros-Saint-Fiacre au Fret a été remplacé par des autocars. Au début des années 1960 s’amorçait le dépeuplement des campagnes dans le cadre de l’exode rural.