Citroën en compétition PDF

Modèle 1958 4 cylindres 2L, de 75CV. La DS, et sa déclinaison simplifiée la Citroën ID, est commercialisée par Citroën entre 1955 et 1975, tout d’abord en berline puis en break et cabriolet. 6-cylindres, citroën en compétition PDF tant le 6-cylindres en ligne de la 15, que celui à plat, ne purent être adoptés, pour cause de mise au point non aboutie et d’encombrement car ce moteur ‘pénétrait’ dans l’habitacle.


Symbole européen du génie automobile, Citroën s’est illustrée dans de nombreux domaines. De jeunes pilotes privés engagent certains modèles de la marque dans des compétitions sportives : la Traction se fait remarquer au Rallye de Monte-Carlo à plusieurs reprises ; la 2 CV, agile et légère, surclasse des monstres sacrés comme les jaguar ou les Ferrari, vives mais lourdes. Mais ce n’est qu’en 1961, après les succès de la DS conduite par René Cotton et ses équipiers, et grâce à ce dernier, qu’un service Compétition officiel voit le jour. Suivront dix ans de gloire pour la DS, dans les rallyes nationaux, puis dans les grands rallyes sur terre en Afrique et en Amérique latine : Tour de Corse, East African Safari, Londres-Mexico, etc. Prenant le relais, les SM puis les CX démontrent que les vamps de Salon peuvent être également des bombes de la piste. De leur côté, les monoplaces MEP Formule Bleue comblent toute une génération de jeunes pilotes. Dans les années 1980, les chevrons redeviennent sauvages. C’est l’épopée des Visa Trophée en groupe B, puis des BX 4TC. La présence du talentueux Guy Fréquelin dynamise les modèles Citroën. La marque conquiert les grands espaces grâce aux exploits des ZX Rallye-Raid et de la Saxo-Cup, aux victoires du Paris-Dakar et aux performances des Xantia et Xsara

Elle est dotée d’une ligne extrêmement audacieuse, qualifiée même de révolutionnaire, et d’un confort intérieur remarquable grâce à sa suspension hydropneumatique spécifique à la marque jusqu’en mai 2017. En 1999, la DS est récompensée en arrivant en troisième position du concours international Voiture du siècle derrière la Ford Model T et la Mini. DSuper bleu Platine AC632, caisse abaissée. DS rompt avec tous les canons esthétiques alors en vigueur.

Sur le hayon de la DS break qui est à double ouverture, on trouve deux plaques d’immatriculation : l’une verticale et en retrait, et l’autre à plat horizontalement afin d’être visible même quand le volet bas du hayon est baissé. Comme sur la berline l’assiette de la caisse est maintenue horizontale même à pleine charge grâce au correcteur d’assiette de la suspension, ce qui l’a fait adopter par de nombreux commerçants. Côté carrosserie, la première modification d’importance apparaît au salon de Paris 1962, pour le millésime 63 : nouveau pare-choc avant avec butoirs en caoutchouc en forme de boomerangs verticaux. L’intérieur connaît lui aussi plusieurs générations de tableau de bord. Le tableau initial de la DS 19, en matière synthétique d’une pièce, présente à chaque extrémité des aérateurs remplaçant des déflecteurs. Pallas, disponible sur toutes les DS et ce jusqu’à l’arrêt de la production. Tableau de bord « Jaeger » monté en accessoire sur une DS cabriolet.

Début 1963, Citroën propose en option sur sa DS 19 une classique boîte mécanique 4 vitesses, jusqu’alors réservée aux plus basiques ID 19. C’est au millésime 71 que les boîtes de vitesses mécaniques reçoivent un 5e rapport, bienvenu sur les autoroutes. L’année suivante, toutes les  21  seront proposées avec une boîte de vitesses automatique Borg-Warner à 3 rapports, en option catalogue. DIN avec l’injection, sur la DS 23 injection électronique. C et ronge tous les joints du circuit provoquant des fuites. Le léger changement de formule du LHS2 résout le problème en 1957.