Claude Simon : La fabrique du jardin PDF

Qui assure la gestion écologique de la petite Ceinture ? Le projet de petite Ceinture naît durant la deuxième moitié du XIXe siècle alors que le réseau de chemin de fer est en plein développement. Actualité 2018Ouverture le 5 novembre 2018 dans le 20e arrondissement d’une portion entre deux longs tunnels, située au sud de la rue de la Mare. Elle est un poumon vert naturel accessible au public depuis la claude Simon : La fabrique du jardin PDF de la Mare et la rue Ménilmontant.


Le kiosque de La Route des Flandres ou de L’Herbe, la fenêtre ouverte sur le jardin d’Histoire, de l’Acacia, ou sur les arbres du Jardin des Plantes : autant de lieux qui dessinent la géographie intérieure de Claude Simon. Au-delà du caractère novateur de cette œuvre, c’est la profonde dimension poétique que révèle cette « fabrique du jardin « . Tout y parle de pourrissement et de mort, mais aussi d’humus et de sève, de jaillissement et de vie, dans une langue lourde de bruits, d’odeurs, d’images et de figures souvent empruntées au monde physique, géologique. C’est images donnent à lire, comme le travail souterrain de la matière, la transformation des choses et leur métamorphose dans l’écriture.

Trois raisons principales sont avancées pour expliquer la création de la petite ceinture :La première est d’ordre technique et commercial : tous les transports de marchandises passant par Paris subissent des ruptures de charges. Les transits entre les gares des différentes compagnies de chemin de fer sont assurés par de lourds charrois à traction animale. La seconde tient davantage aux raisons militaires stratégiques de défense de Paris. En effet, à cette époque, la capitale vient de se doter de nouvelles fortifications. La nouvelle enceinte nécessite une infrastructure ad hoc de soutien logistique indispensable à la ville en cas de siège.

Seule une liaison circulaire fermée longeant l’enceinte peut satisfaire cette exigence. Enfin, la dernière raison, plus conjoncturelle, fait partie du programme de redressement économique de la France. Le chantier de la petite Ceinture est inscrit sur la liste de travaux nationaux lancés pour endiguer le chômage. Hormis ces trois raisons commerciale, stratégique et conjoncturelle, la ligne répond à un besoin réel de desserte de zones industrielles et de quartiers en pleine évolution. Les travaux du chemin de Rive Droite commencent en décembre 1851. Chapelle et, en mars 1854, de la Chapelle à Ivry. Initialement dédiée aux marchandises, elle assure un service de voyageurs à partir de 1862.

La ligne traverse des terrains agricoles et ne rencontre la ville qu’aux croisements avec les faubourgs sur les passages à niveau. A partir de 1886, les passages à niveau seront supprimés et remplacés par des tunnels ou des ouvrages d’art. La plate-forme est ainsi abaissée de 6 à 7 mètres entre l’avenue de Clichy et la rue des Poissonniers et le tunnel de Saint-Ouen est réalisé. A l’inverse, de la gare de Charonne à la rue de Charenton, la plate-forme est relevée jusqu’à une hauteur de 5 mètres. Contrairement au chemin de Rive Droite qui assure un trafic entre gares, la ligne d’Auteuil s’adresse dès sa conception aux voyageurs. Elle part de l’actuel Pont Cardinet, dessert les communes de Neuilly, Passy et Auteuil et permet une liaison vers le bois de Boulogne. Construite dans des quartiers destinés à être lotis, elle est réalisée comme une ligne urbaine sans intersection avec les voies publiques, et mise en service en mai 1854.

En juin 1861, l’Etat déclare d’utilité publique la construction du chemin de Rive Gauche. La ligne relie le sud d’Auteuil à Ivry en desservant des quartiers résidentiels et industriels en pleine transformation. Elle est utilisée à la fois pour le transport de voyageurs et le trafic de marchandises, en lien avec les sites de Grenelle, Vaugirard et Glacière. Ce chemin de Rive Gauche est mis en service en février 1867, en même temps que l’embranchement Grenelle – Champ-de-Mars, réalisé pour l’Exposition Universelle de 1867.