Clinique, recherche et soins infirmiers : Pack 3 volumes PDF

Image A: Radiographie du thorax normale. Il s’agit de l’un des examens radiologiques clinique, recherche et soins infirmiers : Pack 3 volumes PDF plus pratiqués. Pour obtenir une image de face, le patient se tient debout, la partie antérieure du tronc accolée à la plaque de capture et l’émetteur dans son dos.


Recherche, cliniques et soins infirmiers aborde toutes les spécialités médicochirurgicales et test le nouveau référentiel. Il vous aide également dans la compréhension de toutes tes situations de soins et de l’ensemble des processus physiopathologiques auxquels vous pouvez être confrontés. Outil référent des études et du savoir infirmier, non seulement pour l’étudiant, mais aussi pour le soignant de terrain, il vous sera utile durant votre formation, en stage dans les services. Chaque thème est structuré de façon à vous repérer facile vous recherchez : les soins infirmiers ; la clinique ; l’anatomie ; la physiologie. De nombreuses figures légendées et photos illustrent et documentent le texte. Un index très détaillé facilite la navigation dans l’ouvrage. Cette nouvelle édition a été entièrement revue et mise à jour par des médecins de chaque spécialité et des formateurs en IFSI. Clinique, recherche et soins infirmiers est un fond documentaire pour tout travail de recherche clinique et toute information relative à la pratique quotidienne.

On parle alors de projection postéro-antérieure. Si le patient ne peut se mobiliser, il est possible de faire une capture dans son lit, la plaque de capture est alors placée dans le dos du patient. On parle alors de projection antéro-postérieure. Pour obtenir une image de profil, le patient est nécessairement debout et c’est le côté gauche qui, par convention, est accolé à la plaque de capture.

Techniquement, le patient est débout et effectue une expiration profonde et maintient cette expiration au moment où le cliché est tiré. En théorie, cette technique permet de mettre en évidence un pneumothorax. Une étude de 1996 s’est attachée à comparer la sensibilité et la spécificité de cette technique face à la radiographie standard. Cette affirmation se base sur une étude publiée en 1992. Le gold standard dans cette étude était l’injection d’air entre les plèvres chez des cadavres. Techniquement, il s’agit de mettre en évidence la partie osseuse du thorax, en modifiant l’exposition de la radiographie.