Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’à 1844 (Éd.1844-1874) PDF

Galerie d’inspection dans le grand réseau sud. 13  ou  treizième , s’étend sous le collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’à 1844 (Éd.1844-1874) PDF arrondissement. D’autres ossuaires existent cependant dans le GRS.


Collection officielle des ordonnances de police depuis 1800 jusqu’à 1844 / imprimée par ordre de M. Gabriel Delessert,…
Date de l’édition originale : 1844-1874

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Articles détaillés : Lutétien et Calcaire lutétien. Vue simplifiée des bancs de roche qui composent la géologie des carrières de la rive gauche. En jaune, les bancs exploitables pour la construction. Pendant l’ère secondaire du Crétacé, le sol qui sera plus tard celui de Paris est constitué de dépôts de craie et d’argile plastique, au-dessus desquels on trouve directement des forêts typiques de l’époque. Le calcaire à orbitolites ou calcaire supérieur, en forme de grains ronds, également appelé calcaire à cérithes.

Cet ensemble sera appelé  calcaire grossier . Il mesure entre 30 et 45 mètres d’épaisseur selon les endroits. Ses bancs, utilisés pour la construction d’immeubles, seront exploités sur un ou deux niveaux pour en retirer les meilleures variétés de pierre. Juste au-dessus des sables yprésiens, on trouve le Lutétien inférieur. En raison de sa profondeur et du peu de pierre utilisable pour la construction, cette couche n’a pas été exploitée par les carriers. Encore au-dessus, le Lutétien moyen constitue une strate de six mètres d’épaisseur. Le banc à vérin des carriers, reconnaissable par les cérithes géants qui s’y trouvent et par une couleur jaune-rougeâtre.

D’un grain serré, il n’a été exploité que dans sa partie supérieure et de façon épisodique. Les lambourdes ou vergelets, banc gris, peu épais et tendre. Le banc royal, non gélif et homogène, qui fournit des pierres de grande qualité pour la construction. Le Lutétien supérieur contient quant à lui les bancs les plus variés et les plus exploitables. Il se constitue de deux strates : le banc vert et les bancs francs. Le premier sépare les niveaux inférieurs et supérieurs en carrière, le second constitue le calcaire le plus souvent exploité, avec plusieurs bancs exploitables souvent séparés par des couches de sables plus ou moins marneuses appelées bousins.

Le banc de laine, ou cliquart, ou banc des galets. D’une faible épaisseur, il contient peu de fossiles. Sa consistance varie selon les cas et ressemble à celle des lambourdes lorsqu’elle est tendre, du liais lorsqu’elle est dure. Très riche en fossiles, ce banc est peu exploitable, car il est trop constellé de coquillages pour donner des blocs réellement solides. Très tendre, peu compact, il va donner son nom au souchevage, une technique d’extraction de la pierre. Contenant quelquefois des galets et des fossiles, le souchet se délite facilement.