Comment sauver (vraiment) la Sécu PDF

Agaçant, étonnant réagissait lundi dans la matinée, l’entourage du cardinal André Vingt-Trois, qui assurait comment sauver (vraiment) la Sécu PDF ailleurs ne pas avoir reçu la lettre, à laquelle la ministre fait allusion. Avec le Secours catholique et d’autres associations, les chrétiens de Paris et d’ailleurs ne l’ont pas attendue pour agir!


Après s’être attaqué aux retraites, le gouvernement français a annoncé une réforme de l’assurance maladie, dont le déficit devient insupportable : les dépenses augmentent trop vite et le vieillissement de la population va aggraver la situation. Toutes les solutions proposées visent à transformer l’usager de soins en un consommateur de marchandises, sous prétexte de le  » responsabiliser « . Le privé est toujours plus efficace que le public : voilà l’évidence. C’est en fait l’inverse qui est vrai, comme le montre, preuves à l’appui, Philippe Pignarre dans ce livre remarquablement documenté –; notamment à partir du contre-exemple du système de santé privé américain, plus cher et moins efficace qu’en Europe. Le déficit de la  » Sécu  » est en effet bien plus le résultat d’une offre de soins toute-puissante, dont l’industrie pharmaceutique est le meilleur exemple, que d’un  » dérèglement  » des patients qui n’a jamais été sérieusement démontré. Pourquoi les nouveaux médicaments, dont on ne sait même pas s’ils sont plus efficaces, sont-ils jusqu’à cent fois plus chers que les médicaments de référence qui ne sont plus protégés par un brevet ?Pour Philippe Pignarre, il ne s’agit donc pas de défendre la Sécurité sociale telle qu’elle est, car elle est devenue une assurance tous risques pour des fournisseurs privés comme l’industrie pharmaceutique. Il faut la remettre au service des patients en s’intéressant à la manière dont ils peuvent jouer un rôle dans l’invention et la diffusion de nouvelles thérapeutiques. Face à l’offensive du  » privé « , il faut redonner toute sa dynamique au  » public « .

La préfecture sait ce que nous faisons. Depuis cinq ans, le diocèse de Paris ouvre chaque hiver des paroisses pour accueillir des SDF. L’an dernier nous avons accueilli 120 personnes, entre trois jours et quatre mois, précise-t-on à l’archevêché. Non seulement nous leur ouvrons les portes, mais des fidèles mangent et dorment avec eux puis les aident à recréer du lien pour se réinsérer. En riposte aux propos de la ministre, l’Eglise catholique va dresser la liste de toutes ses initiatives en matière d’accueil des sans-abris à Paris et en Ile-de-France. Les paroisses n’ont pas ce type de locaux.

Et ceux des congrégations religieuses ne sont pas forcément adaptés à l’accueil de SDF. La Conférence des religieux et religieuses de France, dont les congrégations sont souvent propriétaires de vieux et vastes bâtiments, indique depuis plusieurs jours sur son site internet une liste des initiatives lancées à Paris et en province pour venir en aide aux plus démunis. Plus politique, un responsable de la CEF juge que cette nouvelle pierre du gouvernement dans le jardin de l’Eglise n’est pas sans rapport avec l’hostilité affichée de l’institution face au mariage pour tous. Cette entrée a été publiée dans catholicisme.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Saint Martin qui donne la moitié de son manteau  et en même temps de ne pas partager son foncier ou son immobilier. Vous voyez ce qu’on veut dire ? De plus, ils ont légitimité a parler comme les associations gays on légitimité a le faire, si je suis votre raisonnement intégriste je dirais que si les députés avaient eu du mépris pour les homosexuels je m’en réjouirais?

L’Eglise oeuvre à l’accueil des sans abris et à leur réinsertion. Renseignez-vous, regardez par exemple du coté du secours catholique, où je suis bénévole. L’Eglise est disposée à aider le gouvernement dans cette mission difficile. Mais il est intolérable d’être stigmatisé. Trouvez-vous ça normal qu’André XXIII n’ait été reçu que 10 minutes par le parlement. Kto pratiquants en France, ses arguments doivent quand même être entendus. Pire que ça : les députés socialistes l’ont traité avec dédain et mépris.

Les responsables des autres confessions ont été traitées de la même manière. Le gouvernement a t-il un problème avec les religions en générale et les catholiques en particulier ? Qu’Hollande et le gouvernement ne se plaignent pas si le 13 janvier la manifestation pour tous est une réussite, ils l’auront cherché ! Si St Martin n’a donné que la moitié de son manteau, c’est qu’il n’en possédait que la moitié, l’autre appartenant à l’Etat. Tu devrais t’y rendre un peu plus souvent avant d’émettre un avis aussi peu éclairé.

Je t’invite quand tu veux pour une maraude ou une distribution de repas des Conférences St Vincent de Paul. Au fait, que fais tu, toi, sur ce sujet ? Je connais un bâtiment rue Solferino rempli de vent, ça serait une bonne occasion pour les socialistes de monter l’exemple non? Parce que la solidarité ils en parlent beaucoup mais ils ne se l’appliquent jamais. Rome et venez partager la vraie vie de l’église catholique de France avant de raconter n’importe quoi. C’est l’arbre qui cache la forêt. Messe de minuit à Rouen l’an dernier, en la cathédrale.

Des SDF attendaient la fin de la-dite messe. Pas un seul tendit une pièce. Par contre, les regards jetés ostensiblement ailleurs pour ne pas voir fleurirent. Mais il faut être juste,ce comportement n’est pas réservé aux seuls fidèles catholiques. Il est inhérent à la nature humaine,quelles que soient les chapelles! Force est de constater que deux mille ans de civilisation chrétienne n’ont pas beaucoup amélioré l’Homme.

Il ne s’agit pas d’une secte ! D’autre part, étiez vous à l’intérieur de l’église pendant la messe ? C’est le presbytère de Vésines qu’on a donné pour 45 ans à habitat et Humanisme : résultat, 4 logements pour des gens dont même les HLM ne veulent plus! Eglise du Montargois qui a réfléchi à l’usage des presbytères qui nous appartiennent, et qui tous aujourd’hui logent des familles. Alors chacun feraient mieux de se regarder dans ce domaine, et d’aller regarder à la porte de son ministère.