Désir PDF

Né du désir de promouvoir une approche interdisciplinaire alliant compétences professionnelles et solidarité citoyenne, le  mouvement  des  soins  palliatifs  œuvre  depuis  plus  de  trente  ans  pour  accompagner  et  soigner  des  personnes gravement malades souvent considérées de façon restrictive comme « condamnées ». Les membres du comité scientifique et du comité d’organisation du 24ème Congrès de la SFAP ont souhaité favoriser les  aspects  positifs  de  cette  approche  en  prenant  pour thème  : «  Désir et désirs  ». Ils souhaitent, à travers ce fil conducteur, favoriser des échanges riches de dynamisme et de projets constructifs. Le désir des soignants et des accompagnants bénévoles en soins palliatifs est d’être aux côtés du malade pour le soulager désir PDF qu’il se sente considéré comme un sujet vivant malgré l’épreuve que lui impose la maladie.


Ce désir est soutenu par les  valeurs  qui  les  animent. Pour  autant,  ces  intentions peuvent être mises à l’épreuve de la complexité des situations  ou  de  l’apparition  de  souffrances  réfractaires. Le congrès sera le lieu où pourront s’échanger les expériences, les idées et les savoirs sur tous ces aspects. La SFAP et les comités scientifique et d’organisation seront particulièrement vigilants sur la nécessité de concilier désirs et réalités.

Une approche rigoureuse et scientifique s’impose dans le champ médical et des sciences humaines et sociales. Les intervenants et les communications seront choisis dans cet esprit. L’interdisciplinarité et le partage des connaissances nourriront le désir d’aller encore plus loin, tous ensembles dans l’accompagnement des plus vulnérables. Début du congrès le 13 juin 2019 !

Chanson nord-américaine sur le désir de la présence de l’aimé. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le désir est un effort de réduction d’une tension issue d’un sentiment de manque et en ce sens, comme le disait Platon dans Le Banquet,  on ne désire que ce dont on manque . D’un point de vue psychologique, le désir est une tendance devenue consciente d’elle-même, qui s’accompagne de la représentation du but à atteindre et souvent d’une volonté de mettre en œuvre des moyens d’atteindre ce but. Les philosophes, depuis les origines de la philosophie, se sont demandé quelle place faire aux désirs.

La morale épicurienne est une morale qui fait du plaisir le seul bien, et de la douleur le seul mal. C’est en vue de ce dernier qu’il faut plus particulièrement penser le désir. Selon Épicure,  Parmi les désirs naturels, les uns sont nécessaires pour le bonheur les autres pour le fait de vivre . Pour compléter la gamme, il faut également citer le désir spirituel ou le désir de vérité : le désir de se dépasser, d’aller de l’avant, le désir de connaître, lié au plaisir de chercher et de trouver, au plaisir extatique de la transcendance, du dépassement de soi. En général, le plaisir est nécessaire au bonheur, et on le recherche tout en fuyant la douleur. Dans certains cas toutefois, nous traitons le bien comme un mal, car il faut fuir un plaisir léger qui aurait pour conséquence une douleur. Dans d’autres cas, nous acceptons la douleur si elle est passagère, et si elle est la condition d’un plaisir plus haut.