D’Izieu à Auschwitz : L’histoire de deux enfants dans la Shoah PDF

Plaque commémorative au Mémorial aux Déportés de l’Ain à Nantua. D’Izieu à Auschwitz : L’histoire de deux enfants dans la Shoah PDF commémorative, place des 44-Enfants-d’Izieu dans le 13e arrondissement de Paris. En 1942 Sabine Zlatin prend la direction d’une maison d’enfants juifs à Palavas-les-Flots. La maison du hameau de Lélinaz, à l’entrée d’Izieu, se situe en retrait de la route de Belley, à l’abri.


Le 6 avril 1944 au petit matin, la Gestapo s’arrête devant la maison d’lzieu et rafle 44 enfants et leurs 7 accompagnateurs. Ces enfants juifs, réfugiés depuis mai 1943 dans ce village de l’Ain, sont envoyés à la mort par Klaus Barbie. Voici leur histoire, racontée en suivant la trajectoire de deux d’entre eux. Georgy Halpern, né en Autriche en 1935, est assassiné à Auschwitz en avril 1944 ; Paul Niedermann, né en Allemagne en 1927, orphelin, est passé d’lzieu en Suisse en juillet 1943. Il vit aujourd’hui près de Paris. Ces deux parcours mettent en lumière les éléments clefs de cette période trouble : les camps français et le rôle des fonctionnaires, la vie quotidienne dans une colonie d’enfants juifs, mais aussi l’engagement d’organisations d’entraide et d’éducateurs pour les soustraire à la déportation. Cet ouvrage de référence sur Izieu et la Shoah est enrichi d’une chronologie, d’une bibliographie et d’annexes pédagogiques.

Elle accepte et entame avec son mari, Miron Zlatin, les démarches pour amener les enfants et recruter les éducateurs pour en prendre soin. Pierre-Marie Witzler intitule officiellement la maison d’Izieu,  Colonie d’enfants réfugiés de l’Hérault . Il présente Marie-Antoinette Cojean, secrétaire en chef de la sous-préfecture, qui va jouer elle aussi un rôle important dans l’installation et la vie quotidienne de la maison d’Izieu. 1942 à septembre 1943, elle était englobée dans la zone d’occupation italienne. Dans les premiers mois de 1944, Sabine Zlatin prend conscience de la nécessité de disperser les enfants de la colonie.

Jusqu’en janvier 1944, selon le registre tenu par Miron Zlatin, 105 enfants ont séjourné à Izieu. 16 heures, par les Allemands, à son domicile, situé à 3 kilomètres d’Izieu, au hameau voisin de Glandieu. Sabine Zlatin lui avait rendu visite le même jour, ainsi que 2 autres patients, d’après son carnet de visites. Le docteur Albert Bendrihen, âgé de 37 ans, est un juif converti au catholicisme.

67, du 3 février 1944, du Camp de Drancy vers Auschwitz. Le 8 février 1944, la Gestapo effectue une rafle dans les locaux et arrête le personnel du siège de la 3e direction de l’UGIF à Chambéry dont dépend la colonie d’Izieu. Le 23 février 1944, le Service social d’aide aux émigrants de Lyon, rédige un rapport après une visite de la colonie organisée à la demande de Sabine Zlatin qui  cherche à céder cette maison  et disperser les enfants. La colonie perd un allié dans l’administration. Sabine Zlatin est à Izieu en mars 1944.

C’est à Montpellier qu’elle apprend la nouvelle de la rafle, par un télégramme que lui adresse Marie-Antoinette Cojean :  Famille malade – maladie contagieuse. Lucien Bourdon est né en Lorraine en 1906, donc officiellement né en Allemagne. Mais il ne veut pas s’engager dans la Wehrmacht. Avec son épouse, il décide de quitter la Lorraine et de s’installer dans une ferme à Izieu.

Le 15 mars 1945, il est incorporé dans les rangs de la Wehrmacht, avant d’être arrêté par l’armée américaine, quinze jours plus tard. Lucien Bourdon est soupçonné d’avoir dénoncé les enfants d’lzieu. Il est à nouveau arrêté le 1er mars 1946 près de Metz et transféré à Lyon où il est inculpé de trahison. En 1987, lors du Procès Barbie, Lucien Bourdon est toujours en vie.

Ils y restent le 6 et le 7 avril 1944. Au procès Barbie, la seule survivante, Léa Feldblum témoigne que les enfants étaient assis sur le sol et les adultes avaient leurs mains liées haut sur les murs. Les adultes et les adolescents sont interrogés, mais pas les enfants. Ils sont ensuite expédiés au camp de Drancy, où ils arrivent le 8 avril 1944. Au camp, ils se voient attribuer les numéros 19185 à 19235. Trente-quatre enfants partent par le convoi no 71, deux par le convoi no 73, deux par le convoi no 74, trois par le convoi no 75, et les trois derniers enfants partent par le convoi no 76. Miron Zlatin sont déportés par le convoi no 73 à destination de Tallinn où ils disparaissent.

Le 6 avril 1944, Sabine Zlatin se trouve à Montpellier, pour trouver un nouveau refuge pour les Enfants d’Izieu. Absente au moment de la rafle, Sabine Zlatin, désormais surnommée  la Dame d’Izieu  a consacré le reste de son existence à son combat pour la mémoire des enfants. Klaus Barbie, dit le  Boucher de Lyon , en 1987, un mémorial est fondé à l’initiative de Sabine Zlatin et de la communauté juive de Lyon dans la maison et les dépendances de la maison pour enfants, sous le nom de musée-mémorial des enfants d’Izieu. Ils ont fait l’objet d’une exposition à la Bibliothèque nationale en 1994. Le 6 avril 2015, le président de la république François Hollande inaugure la maison d’Izieu après une fermeture de quelques mois pour rénovation. Alfred Adler, né en janvier 1934, à Paris, âgé de 9 ans : à Izieu du 8 au 22 novembre 1943, avec son frère, Edmond. Edmond Adler, né en mars 1931, à Paris, âgé de 12 ans : à Izieu du 8 au 22 novembre 1943, avec son frère, Alfred.

Alexander, né le 28 mars 1924, à Neustadt an der Weinstraße, Allemagne, âgé de 16 ans : à Izieu du 15 juillet au 28 août 1943. Yvette Benguigui, née le 12 mars 1941, à Oran, Algérie, âgée de 2 ans, arrivée à Izieu, le 7 juin 1943. Elle est placée dans la famille Héritier au village d’Izieu. 30 avril 1931, à Liège, Belgique, âgé de 12 ans : à Izieu du 1er juillet au 31 août 1943. Georges Broun, né le 3 juillet 1928, à Paris, âgé de 15 ans : à Izieu du 3 juillet au 31 juillet 1943 puis du 18 septembre au 30 septembre 1943. Sa mère travaille à l’Œuvre de secours aux enfants à Chambéry, qu’elle quitte avant la rafle du 8 février 1944.