De la Cavalerie dans le service de sûreté stratégique PDF

Cuirassiers français se rendant sur le front le 2 août 1914. Durant la Première Guerre mondiale, le rôle du cheval connaît une transition liée à l’évolution stratégique et tactique du conflit armé. Les principaux pays impliqués dans la Première Guerre mondiale entament tous le de la Cavalerie dans le service de sûreté stratégique PDF avec des régiments de cavalerie. Dans son rôle offensif sur le champ de bataille, le cheval disparaît presque complètement, mais sa présence reste significative tout au long de la guerre, et environ huit millions participent au conflit.


De la Cavalerie dans le service de sûreté stratégique, par N. Pajol,…
Date de l’édition originale : 1874

Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Un million d’entre eux trouvent la mort durant le conflit, mais bien plus encore sont traités dans des hôpitaux vétérinaires avant d’être réutilisés. Plusieurs mémoriaux ont été érigés à la mémoire des chevaux tombés pendant la Première Guerre mondiale. Des artistes comme Alfred Munnings ont beaucoup contribué à la reconnaissance de leur rôle durant le conflit, notamment en leur donnant une place significative dans la poésie de guerre. La Première Guerre mondiale est le seul conflit majeur de la transition entre la guerre classique et la guerre blindée moderne. Avant la guerre, de nombreux tacticiens britanniques, n’appartenant pas aux unités de cavalerie, prennent conscience que les évolutions techniques vont signer la fin prochaine de l’utilisation du cheval sur le champ de bataille.

La cavalerie britannique est entraînée à se battre autant à pied qu’à cheval, ce qui n’est pas le cas de la majorité des autres belligérants, encore très liés aux charges et tactiques de choc. De grands changements dans l’utilisation tactique des chevaux sont opérés, l’amélioration des armements rendant les charges frontales inefficaces. Les chars de combat commencent à se développer en balayant toutes les contraintes techniques et stratégiques que peuvent avoir les montures, raison pour laquelle à la fin de la guerre toutes les puissances militaires initient un processus global de mécanisation. Dès la guerre de Sécession, sa valeur n’a de cesse de décliner corrélativement à la montée en puissance de l’artillerie. Les chevaux sont alors surexploités et on leur demande, par exemple, de parcourir 180 km en trois jours, sans un seul repos. Simulateur pour la formation des cavaliers britanniques, avant 1915. Elles sont utilisées dès les premiers jours de la Première Guerre mondiale.

Campbell suit les ordres qui sont de charger les lignes ennemies, même s’il pense qu’il aurait été plus prudent de se battre à pied. Les Britanniques y perdent 250 hommes et 300 chevaux. Edmund Allenby, dont la cavalerie représente une proportion importante des forces. Ses forces écrasent les armées turques en une série continue de batailles où les chevaux sont utilisés intensivement des deux côtés.

Cavalerie indienne sur le front de l’Ouest en 1917. Tout au long de la guerre, la cavalerie indienne participe aux combats, autant sur le front de l’Ouest qu’à la campagne du Sinaï et de la Palestine. Une charge de la 5e brigade de la première division est réussie à Cambrai, bien qu’elle ait été dirigée contre une position fortifiée défendue par des fils barbelés et des mitrailleuses. Gordon Flowerdew, à qui est décernée la croix de Victoria à titre posthume pour cette action.

Toutes ont participé à la bataille des Dardanelles en tant qu’infanterie. Ils se mettent en formation dispersée afin d’éviter d’offrir à l’artillerie ennemie une cible facile, et galopent sur 3 km sous le feu des mitrailleuses, en étant seulement équipés de fusils à baïonnettes. Les premières lignes tombent, mais la majorité de la brigade parvient à sauter les tranchées turques pour atteindre le camp ennemi. Les opérations duraient alors depuis 17 jours pratiquement sans interruption, et il devint absolument nécessaire de faire reposer les chevaux.

En effet, les souffrances endurées par certains chevaux étaient presque incroyables. Vous ne pouvez pas faire charger la cavalerie avant d’avoir capturé la dernière mitrailleuse ennemie. Avant le début de la guerre, de nombreuses armées de l’Europe continentale considèrent encore que la cavalerie a une place vitale sur le champ de bataille. Juste avant 1914, la France et la Russie augmentent le nombre de leurs unités montées.