Dialoguer avec l’Orient PDF

Apôtres en train de rédiger le Credo, en recevant l’inspiration de l’Esprit Saint. Le Dialoguer avec l’Orient PDF des Apôtres est une profession de foi chrétienne en usage en Occident dans les Églises catholique et protestantes.


 » Dialoguer avec l’Orient  » ? Le dialogue se serait-il rompu ? A-t-il d’ailleurs jamais réellement existé ? Nous vivons dans un monde divisé, ayant fait le deuil de l’idée de fraternisation universelle, toujours prompt à penser un usage territorial des concepts, l’irréductibilité des idéologies et les cultures en termes de  » frontiérisation  » indépassable. Or, pour modifier le contexte  » sinistré  » des relations de l’Occident avec l’Orient arabo-musulman où la concurrence des hégémonismes et l’intransigeance des volontés de domination prévalent de part et d’autre, pour redéfinir un horizon possible de la réconciliation, le  » dialogue  » est nécessaire. Sans doute, un nouveau dialogue, un dialogue à inventer ou à réinventer, peut-être à rénover. C’est en faisant  » retour  » à la Renaissance que l’on se propose de chercher des schèmes de dialogues permettant de s’articuler, de façon critique et généreuse, au monde contemporain, et d’inventer un nouveau rapport entre Orient et Occident. Ce  » retour  » n’a rien de passéiste. Il est au contraire une modalité de  » réouverture  » du dialogue avec l’Orient et la possibilité de lui découvrir une  » mémoire « . Contre l’absence et l’oubli du dialogue actuels et la déchirure civilisationnelle, la reformulation de nos héritages communs semble l’unique ligne de fuite indépassable

Credo désignant à proprement parler le Symbole de Nicée-Constantinople. Missel Romain commence par Credo in unum Deum. C’est en fait le début du symbole de Nicée-Constantinople. Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, 2. Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, 3. Plusieurs variantes de la version ci-dessus ont existé.

Credo in Deum, Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum: qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Pour la tradition, le Symbole des Apôtres aurait été transmis directement par les Apôtres sous l’influence de l’Esprit saint, ce que conteste l’exégèse dite critique. Toutefois, le fait que cette prière soit aussi utilisée chez les Chrétiens d’Orient permet de penser qu’elle date du tout début du Christianisme, avant même que les Apôtres ne se séparent pour aller évangéliser les pays avoisinants. Pierre parle le premier :  Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. André :  Et en Jésus-Christ, son Fils unique, Notre-Seigneur. Jacques le majeur :  Qui a été conçu du Saint-Esprit, né de la vierge Marie.

Jean :  Qui a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli. Philippe :  Est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour d’entre les morts. Barthélemi :  Est monté aux cieux et est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant. Thomas :  D’où il doit venir juger les vivants et les morts. Jacques le mineur :  Je crois à la sainte Eglise catholique , à la communion des saints. Simon :  Je crois à la rémission des péchés.

Thadée :  A la résurrection de la chair. Jean dit : Créateur du ciel et de la terre. Jacob dit : Je crois aussi en Jésus-Christ son Fils unique Notre-Seigneur. André dit : Qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie. Philippe dit : A souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli.