Dieux & mythes nordiques PDF

Les jötnar Fasolt et Fafner s’emparent de la déesse Freyja. Illustration d’Arthur Dieux & mythes nordiques PDF pour Das Rheingold de Richard Wagner, 1910. Dans la même logique, þurs pourrait être dérivé de  soif  ou de  soif de sang .


Les poèmes mythologiques et héroïques, la version en prose de Snorri Sturluson (le plus grand écrivain et mythographe islandais du Moyen-Age, 1178-1241) de l’Edda sont les sources littéraires de cette étude mythologique. Chaque dieu est présenté avec ses attributs et ses fonctions à la faveur des textes qui le concernent et des mythes qui s’y rattachent sans faire l’impasse sur les incertitudes et les doutes de la recherche passée et actuelle. S’étendant sur 2 500 ans et sur un espace vivifié par les Vikings qui va du Groenland à Constantinople, du Nord de la Suède à Gibraltar, ce corpus de croyances païennes offre naturellement de singulières distorsions et présente cependant de confondantes continuités thématiques. A l’aide de l’archéologie, l’histoire, la littérature, l’onomastique et la linguistique, entre autres sciences, cet ouvrage fait non seulement le point sur les connaissances actuelles, mais encore bat en brèche certaines interprétations traditionnelles qui voudraient privilégier le côté martial alors que la civilisation où s’est développée cette mythologie a pour trait fondamental la troisième fonction dumézilienne.

Les géants de la mythologie nordique sont, comme la plupart de leurs homonymes dans les mythologies européennes, des créatures incarnant la force brute et primordiale et le chaos des origines. Cette symbolique est renforcée par leur grande taille, qui n’est toutefois pas spécialement supérieure à celle des dieux. Certains géants ont une apparence horrible, des griffes, des crocs, et des caractéristiques déformées en dehors de leur taille généralement élevée. Pourtant, quand les géants sont nommés et décrits plus étroitement, ils ont souvent des caractéristiques opposées. Ils sont également tous décrits comme très anciens, porteurs de la sagesse d’une époque révolue, Ymir et Surt sont ainsi plus vieux que tous les dieux nordiques, et Surt est peut-être encore plus ancien qu’Ymir.

La parenté des géants avec les dieux est parfois extrêmement étroite. Les dieux sont fils, filles et époux de géants, et par conséquent peuvent être considérés eux aussi comme tels. Les géants sont habituellement mentionnés comme vivant à Jötunheimr, mais on en trouve aussi à Niflheimr, Utgarðr et Járnviðr. Le premier être vivant formé dans le chaos primitif connu comme le Ginnungagap était un géant de taille monumentale né de la rencontre du feu et de la glace, appelé Ymir. Fondateur de la race des géants de givre et figure importante de la cosmologie scandinave, il est l’ancêtre de tous les autres géants. C’est un géant déguisé qui prit le pari de construire une imprenable forteresse pour les dieux en l’espace de six mois. En échange de cette tâche, il exigeait le Soleil, la Lune et Freya.

Le géant avançant très vite dans sa tâche, les dieux obtinrent de Loki qu’il le fasse échouer, et ce dernier y parvint en séduisant l’étalon du géant. Hrungnir est décrit comme le plus fort des géants des glaces, sa tête et son cœur sont en pierre. Odin paria sa tête qu’aucun cheval aussi bon ne pourrait être trouvé dans tout Jötunheimr. Hrungnir admit que c’était certes un beau cheval, mais affirma qu’il était propriétaire d’un animal beaucoup plus rapide nommé Gullfaxi. Thjazi, transformé en aigle, enlève Idunn. Un géant possédant le don de métamorphose entraîne Loki à sa suite sous forme d’aigle et n’accepte de le lâcher qu’à condition qu’il lui amène Idunn et ses pommes de jouvence.