Digital Art : toutes les techniques de l’illustration numérique: Avec Photoshop, Illustrator et autres logiciels PDF

Steve Jobs, Steve Wozniak digital Art : toutes les techniques de l’illustration numérique: Avec Photoshop, Illustrator et autres logiciels PDF Ronald Wayne créent Apple le 1er avril 1976 à Cupertino. En 1986, il rachète la division Graphics Group de Lucasfilm, la transforme en Pixar Animation Studios et rencontre le succès commercial en 1995 avec Toy Story, un film dont il est le producteur exécutif. Début 1997, Apple, alors au bord de la faillite, rachète NeXT. L’opération permet à Steve Jobs de revenir à la tête de la firme qu’il a cofondée et fournit à Apple le code source de NeXTSTEP à partir duquel est développé le système d’exploitation Mac OS X.


Ce live dresse un très large panorama des outils et des techniques du dessin et de la création d’illustrations sur ordinateur. Une première partie traite des bases de la création numérique et des logiciels incontournables (avec un focus sur Photoshop et Illustrator). Une seconde partie est consacrée à la façon dont un artiste peut trouver l’inspiration, rassembler ses idées, travailler d’après un brief, utiliser des éléments existants… Une (importante) troisième partie présente et détaille les différents styles et techniques de création, du scan de dessins à la peinture sur Photoshop, en passant par la gestion des couleurs, le dessin vectoriel, l’utilisation des calques, les règles de perspective, etc. De nombreux tutoriels expliquent aux lecteurs comment mettre en œuvre ces techniques. Une dernière partie apprend aux illustrateurs à préparer et à mettre en valeur leurs œuvres pour différents supports (traditionnels ou numériques), à se mettre en valeur eux-mêmes et à développer leur réseau professionnel (faire parler de soi, réaliser son porte-folio, etc.).

En 2003, Steve Jobs apprend qu’il est atteint d’une forme rare de cancer pancréatique. Il passe les années suivantes à lutter contre la maladie, subissant plusieurs hospitalisations et arrêts de travail, apparaissant de plus en plus amaigri au fur et à mesure que sa santé décline. Il meurt le 5 octobre 2011 à son domicile de Palo Alto, à l’âge de cinquante-six ans. Quant à ses parents biologiques, ils se marient en 1955 et ont un second enfant, Mona Simpson en 1957, puis divorcent en 1962. Trois ans plus tard, la famille Jobs déménage de San Francisco pour s’installer à Mountain View, en Californie, après la mutation de Paul Jobs à Palo Alto.

Larry Lang, un ingénieur qui habite à cent mètres de leur ancienne maison et chez qui Jobs passe de nombreuses soirées, le fait entrer au club des Explorateurs de Hewlett-Packard. Quinze élèves s’y réunissent tous les mardis soir dans la cafétéria de l’entreprise et font venir un ingénieur en informatique de la société pour parler de ses travaux. Steve Jobs travaille donc durant l’été sur l’une des chaînes d’assemblage de Hewlett-Packard. Homestead High, Bill Fernandez, lui présente Steve Wozniak.

Ils décident alors d’en monter et de les vendre. Très vite, Jobs se rend compte qu’il s’ennuie à Reed, se trouvant dans l’obligation de suivre un certain nombre de cours qui ne l’intéressent pas. Après avoir passé dix-huit mois au Reed College, Jobs revient chez ses parents à Los Altos en 1974 pour se trouver un emploi. Le hippie négligé qu’il est se présente chez Atari, firme en vogue à l’époque, avec la ferme intention d’y obtenir un emploi. Il se retrouve donc à devoir travailler pendant le service de nuit. Il décide à cette époque de suivre la trace de son gourou du Reed College, Robert Friedland. Il entreprend donc un voyage en Inde.

Pour cela, il fait appel à son acolyte Steve Wozniak pour l’aider à le réaliser. Ce dernier réussit, en quatre jours, à concevoir un circuit en n’utilisant que quarante-cinq puces. Pour le travail réalisé, Jobs annonce à son compère qu’il coupe la poire en deux, trois cent cinquante dollars chacun. En 1975, Jobs et Wozniak participent aux rencontres du Homebrew Computer Club, où les amateurs d’informatique viennent échanger leurs idées concernant les machines de l’époque, telles que l’Altair 8800. Il conçoit à la suite de cela l’Apple I pendant l’année 1975. La machine, bien que sommaire, impressionne Steve Jobs.

Munis d’un petit moniteur, ils l’emmènent pour le présenter aux Homebrew Computer Club. L’altruisme de Wozniak l’aurait amené à distribuer gratuitement ses schémas de montage. Jobs, au contraire, voit plus loin. Pour réunir les fonds nécessaires au lancement, Jobs, âgé de 21 ans, vend son Volkswagen Combi, Wozniak, 25 ans, sa calculatrice HP-65.

Il est en effet dans la phase  pomme  de son régime et revient tout juste d’une plantation de pommiers. Cela vaudra à son entreprise plusieurs contentieux en justice durant les décennies suivantes. Logo d’Apple à partir de 1977, créé par Rob Janoff. Les couleurs arc-en-ciel sont utilisées jusqu’en 1998.

Apple est constituée sous forme de société le 3 janvier 1977. L’une des priorités est de trouver un nouveau logo. Début juin 1977, Apple commercialise l’Apple II, conçu par Steve Wozniak. Il peut être considéré, trois ans avant la sortie de l’IBM PC, comme le premier ordinateur personnel construit à grande échelle. En décembre 1980, Apple, qui a gagné sa renommée avec l’Apple II, est introduite en bourse, ce qui fait de Steve Jobs un multimillionnaire à vingt-cinq ans et enrichit considérablement environ trois cents de ses dirigeants et cadres, mais pas Daniel Kottke. Au début des années 1980, Jobs est l’un des premiers à cerner le potentiel commercial de l’interface graphique couplée avec l’usage d’une souris développée au Xerox PARC. Steve Jobs répond :  Il faut savoir prendre ce que l’homme fait de mieux et le refaçonner pour pouvoir l’intégrer dans votre propre œuvre.

Picasso avait une maxime pour ça :  Les bons artistes copient, les grands artistes volent. Steve Jobs veut embaucher les meilleurs pour chaque poste et sa façon de recruter peut se révéler très déstabilisante pour les candidats. Andy Hertzfeld raconte ainsi un entretien d’embauche pour le poste de responsable de la division logiciels auquel il assiste début 1982. Jobs demande à l’impétrant, interloqué :  Êtes-vous puceau ?