Edith Piaf, une femme faite cri PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Hubert Giraud perd son père lorsqu’il a cinq ans, cet événement le rendant asthmatique. Dans un but thérapeutique, le médecin edith Piaf, une femme faite cri PDF conseille la pratique d’un instrument à vent et le jeune Hubert opte pour l’harmonica.


C’est donc en tant qu’harmoniciste qu’il est engagé pour jouer avec le Quintette du Hot Club de France de Django Reinhardt vers la fin des années 1930. En 1941, il entre dans l’orchestre de Ray Ventura qui lui demande d’apprendre à jouer d’un second instrument. L’orchestre part pour plusieurs années en Amérique du Sud et Giraud va s’imprégner de rythmes exotiques qu’il saura retranscrire plus tard dans beaucoup de ses œuvres. Giraud obtient son premier succès en 1950 en composant, avec des paroles de Roger Lucchesi, Aimer comme je t’aime pour l’interprète homonyme Yvette Giraud. Toujours en 1950, il s’allie avec Jean Dréjac qui va se révéler être l’un des plus talentueux auteurs de son époque. Principales sources : Encyclopédisque : l’encyclopédie en ligne du 45 tours francophone et Le répertoire des œuvres de la Sacem : le plus vaste répertoire musical du monde.

1950 Fernandel, La Bouillabaisse, paroles de Roger Lucchesi et Jean Sablon. Jean Sablon : Aimer comme je t’aime, paroles de Roger Lucchesi. Pedro Gomez, paroles de Roger Lucchesi. 1951 Jacques Hélian et son orchestre : chansons du film Musique en tête de Georges Combret et Claude Orval, paroles de Jean Dréjac : Dites-nous M. 1954 Line Andrès, Mea culpa, paroles de Michel Rivgauche.

Yves Montand, Les Grognards, paroles de Pierre Delanoë. Piaf, Mea culpa, paroles de Michel Rivgauche, la chanson obtient le Grand Prix de Deauville. 1955 Lucienne Delyle, Les Amants de Ménilmontant, paroles d’Annie Rouvre et Raymond Bravard. Dany Dauberson, On s’aimera, paroles de Raymond Bravard. Gloria Lasso, Dolorès, paroles de Raymond Bravard. Jacqueline François, La Jeunesse, paroles de Jean Dréjac. Annie Fratellini, Un fil sous les pattes, paroles de Jacques Datin.