En situation Sciences de gestion 1re STMG – Livre élève – Ed. 2012 PDF

Une des boutiques de Pierre Hermé. Via Antiqua au parc Astérix, un autre type en situation Sciences de gestion 1re STMG – Livre élève – Ed. 2012 PDF’Unité Commerciale. Le néologisme  mercatique  — du latin mercatus, commerce, trafic, négoce, place du marché, foire, venant lui-même de mercor, acheter, faire le commerce — a été inventé en France en 1970 par les économistes Jean Fourastié et François Perroux sur le modèle de  bureautique ,  informatique , etc.


Un ouvrage consommable en couleurs pour une découverte simple et concrète des sciences de gestion.

Points forts de l’ouvrage
– Une organisation de l’ouvrage en fonction des thèmes et des questions
de gestion pour traiter le programme de manière facile et
organisée.
– Une démarche par étapes pour découvrir et travailler de manière
simple les notions et les finalités du programme.
– Des mises en situation professionnelles diverses pour plonger les
élèves dans différents types d’organisations.
Deux types de synthèses, rédigée et schématique, pour faciliter
la mémorisation par les élèves.
– Des exercices diversifiés et de difficulté variée dans chaque chapitre
pour couvrir les typologies mentionnées dans le programme :
QCM, applications TICE (simulation à l’aide d’un tableur, réalisation
d’une présentation assistée par ordinateur…), jeux de rôles, exercices
à réaliser en autonomie, en groupe ou à la maison…
– Des cas pratiques en fin de thème pour travailler les questions de
gestion.
– Des fiches méthode et des fiches outils pour aider l’élève dans son
apprentissage.
– Un ouvrage consommable et en couleurs.

Le mot a été différemment adopté dans les pays et provinces francophones de certains pays et dans les pays parlant des langues d’origine latine. Burkina Faso par les Éditions l’Harmattan qui ont une structure à Ouagadougou. Il s’agit de : Jean Badolo, Politique et Mercatique au Burkina Faso, 2013. En Wallonie et à Bruxelles, on emploie exclusivement le mot  marketing .

Dans la province de Québec, bien que le Grand dictionnaire terminologique recommande l’emploi du mot  mercatique , cette recommandation n’a pas été suivie d’effet : il n’y a pas d’enseignement de mercatique dans les établissements scolaires du Québec et aucun éditeur n’a publié à ce jour un livre comportant  mercatique  dans le titre. Elle distingue la mercatique entrante de la mercatique sortante, la mercatique par affinité, etc. En Suisse romande, on emploie exclusivement le mot  marketing . L’Académie royale espagnole — l’équivalent de notre Académie française — ne reconnait pas le mot  marketing  et ne parle que  mercadotecnica . Ce néologisme n’est pas adopté par l’usage. Il n’y a pas d’enseignement de mercadotecnica en Espagne et on ne trouve que trois livres comportant ce mot dans le titre au catalogue des éditeurs.

Guadeloupe, Guyane, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Réunion, Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna, etc. Académie française a recommandé le terme de  mercatique  dans son édition de 2001 et un texte officiel émanant du ministère de l’Économie et des Finances en a imposé l’emploi en 2011 à l’Éducation nationale à la place de  marketing  en en donnant une définition officielle. Les programmes de marketing et les manuels du secondaire ont été rebaptisés  mercatique  en 2013. La mercatique repose sur une définition officielle de quelques mots, dont chacun a son importance. La nature profonde, l’essence de la mercatique est d’être non pas une démarche, un état d’esprit, une optique, une science, etc. Non pas un ensemble d’analyses, de réflexions et décisions menant à un plan d’action mais un ensemble de techniques et d’actions sans qu’il y ait eu de réflexion préalable et de décision. Non pas avec, à l’aide de, au moyen de, mais  grâce à , littéraire.