Faire ville avec les lotissements PDF

Si ce bandeau n’est plus faire ville avec les lotissements PDF, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Leur gouvernance se fait généralement suivant le principe de l’Agenda 21 local, incluant des modes de démocratie participative et parfois un objectif d’autarcie énergétique, voire alimentaire. Orientation sur les énergies propres et renouvelables.


Les lotissements – particulièrement en France – se distinguent généralement par une grande pauvreté conceptuelle et environnementale ainsi que par une faible insertion urbanistique et paysagère. Le livre Faire ville avec les lotissements donne des clefs permettant à l’habitat individuel de recomposer des fragments de la ville existante. Il propose des stratégies d’agglomérations pour guider, dans les périphéries urbaines, l’implantation et l’organisation qualitative des lotissements, afin de « faire ville durable » à part entière.

La question de l’environnement apparaît comme majeure et transversale. Face aux problèmes de périurbanisation et d’empreinte écologique croissante, le modèle urbain classique semble avoir atteint ses limites. Il encourage un projet politique et participatif ferme, ambitieux et non élitiste. On attend aussi des scientifiques qu’ils contribuent à l’évaluation de la soutenabilité ou durabilité de ces villes.

De ce fait de nombreuses villes pouvaient s’auto-déclarer  ville durable . La notion de ville durable a aussi été critiquée pour avoir parfois servi de paravent à des opérations de rénovation urbaine à haute qualité environnementale, les autres aspects du développement durable, en particulier l’aspect social, ayant pu être délibérément oubliés. De ce fait, en évinçant la dimension politique inhérente à toute opération de production urbaine, la ville durable, surtout si elle se limite à un verdissement d’opérations d’urbanisme classique, peut reproduire certains excès qui sont pourtant justement ce que les principes du développement durable cherchent à éviter. La ville durable vise une haute qualité de vie pour tous et partout. Ce ne sont pas des ghettos et ils doivent être protégés par des conditions de plafonds et de ressources en fonction de la composition des ménages, pour aider les personnes en difficultés financières ou sociales réelles. La ville durable suppose des citoyens écoresponsables et éclairés vivant dans un contexte épanouissant et favorisant une bonne santé. Une politique culturelle et une culture écocitoyenne du développement durable en sont un des éléments, via un appui, notamment financier, aux institutions culturelles, favorisant ainsi leur rayonnement.