Ferdinand Hodler : Et Genève PDF

Ferdinand Hodler est l’aîné d’une fratrie de six frères et sœurs. Son père, Jean Hodler, fait maigrement vivre la famille ferdinand Hodler : Et Genève PDF son métier de menuisier. Sa mère, Marguerite Neukomm, est issue d’une famille paysanne.


Avec plus de cent quarante œuvres, la collection de peintures de Ferdinand Hodler (Berne, 1853 – Genève, 1918), conservée au Musée d’art et d’histoire de Genève, est la plus vaste au monde. L’importance de ce fonds n’est pas le fruit du hasard. C’est à l’âge de dix-huit ans que Hodler quitte la Suisse allemande pour s’établir à Genève, où il résidera jusqu’à sa mort. Promue avant le tournant du XXe siècle à une gloire internationale, cette immense figure de la modernité a non seulement largement contribué à la définition des courants de son temps, mais aussi mené une recherche personnelle vers l’essentialité du langage de la peinture et sa dimension spirituelle.
Le catalogue intégral des peintures de l’institution genevoise est introduit par une série d’essais portant sur le milieu culturel genevois de l’époque et sur les différents thèmes traités par Hodler au cours de sa carrière. Ils sont signés par Jura Bruschweiler, Gabriela Christen, Matthias Fischer, Cäsar Menz, Isabelle Payot Wunderli, Myriam Poiatti, Claude Ritschard et Verena Senti-Schmidlin.

A huit ans, Ferdinand a perdu son père ainsi que deux de ses frères, tous de la tuberculose. Genève et y vivra jusqu’à sa mort, d’abord au 35, Grand Rue puis à son appartement du 29 quai du Mont-Blanc, où il peindra de nombreuses toiles de la vue qu’il avait de son balcon. Ses premières toiles sont directement issues du réalisme suisse d’artistes comme Albert Anker, Rudolf Koller, Alexandre Calame, mais un voyage en Espagne en 1878 lui ouvre de nouveaux horizons esthétiques. Il est également un fervent paysagiste et, dès 1890, stylise fortement ses thèmes, au point que ses lacs et massifs montagneux se transforment en métaphores de l’éternité.

Si cette peinture s’intègre parfaitement au renouveau des Sécessions européennes, elle cherche à combiner l’appel à l’imagination et le réalisme le plus direct, l’idéation de la nature, voir l’expressionnisme. Le 16 mai 1896, lors de l’Exposition nationale de Genève, Ferdinand Hodler est filmé pendant quelques secondes au milieu de la foule, par le morgien François-Henri Lavanchy-Clarke, cinématographe des frères Lumières. En 1898, il épouse Berthe Jacques. Hodler aura de la peine à percer en France, il est considéré à l’époque comme trop expressionniste. En 1914, il dénonce les pilonnages effectués par l’artillerie allemande contre Reims.

En guise de représailles, il est exclu des sociétés artistiques allemandes. Il est enterré au cimetière de Saint-Georges à Genève. Un de ses fils, Hector Hodler, fut à l’origine de la création de l’association mondiale d’espéranto. Ses œuvres sont conservées dans les plus importants musées de Suisse et d’Europe, comme le Musée d’Orsay, la Neue Pinakothek de Munich ou le Kunsthaus de Zurich. Les âmes déçues de Ferdinand Hodler au Salon des Rose-Croix de 1892. Jura Brüschweiler,  La participation de Ferdinand Hodler au Panorama d’Édouard Castres et l’avènement du parallélisme hodlérien  dans Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, Bd. Le milieu artistique et culturel à Genève avant 1900  dans Ferdinand Hodler et Genève.

Collection du Musée d’art et d’histoire Genève, édité à l’occasion de l’exposition au Musée Rath, S. Ferdinand Hodler in Karikatur und Satire, Hrsg. La Mission de l’artiste, Genève, éd. Jura Brüschweiler, Hodler érotique, Genève, éd. Diana Blome et Niklaus Manuel Güdel, Ferdinand Hodler. Le cœur est mon œil, Heinz Bütler, Suisse, 2004, documentaire, 74 min. Ferdinand Hodler est l’élève de Barthélemy Menn.