Géopolitique de l’Afrique du sud PDF

Désolé mais géopolitique de l’Afrique du sud PDF délai de connexion imparti à l’opération est dépassé. Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. L’Amérique unie le temps d’un adieu solennel à George H.


L’Afrique du Sud connaît depuis quinze ans une véritable métamorphose politique : L’abrogation des lois de la ségrégation, la libération de Nelson Mandela en février 1991, puis l’organisation du premier scrutin multiracial ont marqué ces dernières années. L’élection de Thabo Mbeki ; au printemps 1999, a parachevé ce processus institutionnel. Cette Géopolitique de l’Afrique du Sud rassemble et place en perspective les éléments permettant de saisir les différentes facettes de ce pays. L’Afrique du Sud est un territoire où la géographie est utilisée à des fins politiques et militaires. L’apartheid ne peut se résumer à une sinistre discrimination en fonction de la couleur de la peau. Il a consisté en un ambitieux projet géopolitique : rassembler les peuples noirs sur des fragments de territoires dénommés bantoustans, puis leur accorder une indépendance formelle. Le but était de partager le territoire pour ne pas partager le pouvoir. Il y a dix ans, nul ne se hasardait à prédire une évolution de l’Afrique du Sud sans séisme. Pourtant le démantèlement de l’apartheid a été mené de manière concertée. Malgré les séquelles du passé, tous les Sud-Africains, qu’ils soient Zoulous, Xhosa, Tswana, Afrikaners ou encore Métis, savent que la nouvelle Afrique du Sud ne pourra se construire qu’ensemble, pour que  » la nation arc-en-ciel  » ne soit pas qu’un rêve momentané.

Restitution des œuvres: le Canada, un exemple à suivre pour la France? Congo Files: comment protéger les experts? A la Une: est-ce trop peu et trop tard? Le plaisir féminin est-il encore tabou?

Vous m’en direz des nouvelles ! Toutes les infos sur la Coupe du monde 2018 en direct. Comment faire celui qui n’a rien vu, ni entendu? Comme chaque année, au mois d’avril, l’humanité a commémoré, le génocide rwandais de 1994.

Il est urgent d’y mettre fin avant que ce conflit n’embrase toute la bande soudano-sahélienne. Quelques jours plus tard, j’ai reçu sur un groupe Whatsapp, un extrait de cette conférence qui m’a profondément bouleversé. Après avoir entendu ces propos glaçants, je me suis précipité, tôt le lendemain matin, sur les sites d’information sénégalais en espérant trouver des comptes rendus plus détaillés et des analyses approfondies de la conférence. Hélas, quelle ne fut ma déception de constater qu’aucun organe de presse ne semblait avoir été au courant de la rencontre, du moins si j’en juge par l’absence de sa couverture par les sites que j’avais visités. En effet, cela fait plusieurs années que les Peuls du Centre du Mali, dont des femmes, des enfants et des vieilles personnes, font l’objet de harcèlements et de meurtres perpétrés par l’armée malienne et des milices d’autodéfense créés sur des bases ethniques et qui sont soutenues par le gouvernement.

Peuls se sont sentis sérieusement menacés. Cependant les Peuls ont payé un lourd tribut quand les FAMA sont retournées au Centre du Mali en 2013 avec l’aide de l’armée française. Comme l’a rapporté Human Rights Watch entre autres, beaucoup de bergers peuls, que les militaires et les milices progouvernementales accusent de collusion avec les jihadistes, font l’objet de harcèlements multiformes: arrestations, confiscation de biens, bastonnades, emprisonnement sans procès voire exécutions sommaires. Pour en trouver, il suffit de visiter des sites tels que Le Monde Afrique, RFI Afrique, Jeune Afrique, Human Rights Watch, Amnesty International, International Crisis Group, pour ne citer que ceux-là. Qu’est-ce qui explique alors cette omerta?