Grands ensembles en situation. Journal de bord de quatre chantiers PDF

Les maisons en bottes de paille Bioclimatique. La paille sans grands ensembles en situation. Journal de bord de quatre chantiers PDF poutre – impressionnant !


Murs porteurs en paille : la technique « Nebraska » – La paille sans la poutre ! Vidéos La maison en bottes de paille ça existe et c’est du costaud Par Emmanuel Crépelle, Mercredi 20. Sailly-en-Ostrevent, quatre copains ont fait sortir de terre une maison à ossature et tuiles bois avec murs de paille. Les grandes fenêtres au sud pour laisser entrer le soleil, les plus petites au nord, on appelle cela de l’architecture bioclimatique. Mais sur son chantier, Jean-Marc Lemaire, a poussé la réflexion écologique à son paroxysme en édifiant une maison à ossature bois et murs de paille. Il faut dire que notre homme n’en est pas à son coup d’essai. Il travaille et est associé dans une entreprise spécialisée en Bretagne dans de telles réalisations.

Le bois de structure est en sapin douglas que j’ai choisi pour sa résistance le bardage est en mélèze les tuiles sont en cèdre rouge que l’on trouve chez les négociants en bois. Et puis, pour la paille, il suffit de demander aux agriculteurs, en moyenne c’est un à deux euros le ballot , précise Jean-Marc Lemaire. Et le plus incroyable, c’est que pour monter les murs, il suffit d’empiler les bottes de paille telles que livrées par le paysan en les passant en force, de les tailler à la débroussailleuse et ensuite de les enduire de chaux, en trois passages d’un côté et de l’autre du mur. Ce n’est pas le même principe que le torchis puisqu’on ne mélange pas la paille , précise Grégory Sénéchal.

Et le risque d’incendie, de pourriture, d’arrivée de nuisibles ? L’écologie se retrouve jusque dans la dalle de la maison coulée avec certes du béton mais aussi avec des billes de schiste expansé pour l’isolation périphérique des murs, c’est du liège extrudé. Et sur le toit, des panneaux photovoltaïques produiront de l’électricité. Expérimentation dans la construction ou rêve d’écologistes marginaux, telles sont les questions que l’on peut se poser la première fois que l’on entends parler de maison en paille, et ce qui nous vient immédiatement à l’esprit est sans nul doute la fameuse histoire des trois petits cochons. Pourtant, une fois dépassé les préjugés, la paille s’avère être un très bon isolant, à la fois économique et naturel, permettant d’obtenir un coefficient Rth compris entre 4 et 5, soit l’équivalent de 20cm de laine de verre. Réservée actuellement à l’autoconstruction, car aucun DTU ne régit la construction en paille, c’est actuellement plus de 800 habitations qui ont été réalisées avec ce matériau en France.

La maison n’est pas à vrai dire faite de paille, c’est tout simplement une maison à ossature bois, isolée avec de la paille. L’isolation de la toiture peut aussi être fait en paille, mais il faut tenir compte du poids de l’ensemble dans le calcul de l’ossature. La paille n’attire pas plus les rongeurs qu’un autre type d’isolant, elle est dépourvue de grain, ils ne peuvent y trouver de la nourriture. La paille ne dure pas longtemps. Isolée de l’humidité, la paille se conserve sans problème, la plus vielle maison fabriquée avec de la paille en France, date de 1920, et elle est encore habitée à l’heure actuelle. La paille n’est pas assez solide pour faire un mur.