Hector, l’apprenti Musicien : 1e année PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources hector, l’apprenti Musicien : 1e année PDF attendues ? Bernard Lavilliers en concert lors du Festival du Bout du Monde le 6 juin 2011.


Principe pédagogique de base : la découverte sensorielle d’une oeuvre, d’un chant ou d’une mélodie d’auteur précède toujours les phases d’analyse/explication/intellectualisation puis de consolidation/évaluation des notions solfégiques à étudier. Toutes les étapes du cours figurent sur une double page et trouvent leur prolongement dans les pages d’activité complémentaires de lecture de notes et de rythme.
Les couvertures bénéficient d’un collage spécial permettant une utilisation intensive, en particulier lors des manipulations par les jeunes enfants.
Les activités d’évaluation – appropriation par l’écriture – font l’objet d’un réinvestissement des acquisitions sous forme d’exercices écrits : pour le volume 1, les exercices sont intégrés dans les pages de cours ou d’activités complémentaires de notes et de rythme ; pour les volumes 2 et 3, les exercices sont réunis dans un cahier indépendant encarté dans chacun des ouvrages.

Son éducation joue un grand rôle dans son approche de la musique. Il explique que ce sont ses parents qui lui ont donné la passion pour les rythmes tropicaux, le jazz portoricain, la musique classique et la poésie. Selon l’historiographie officielle, à quinze ans, il fait un séjour en maison de correction. En 1963, il adhère au parti communiste français. Brésil, d’où il revient un an plus tard. Son premier album, Chanson pour ma mie, sort en 1968, avec en titre son prénom et un énigmatique  Lavilliers , qui deviendra son nom de scène. Il décrit cet album comme le tournant musical de sa carrière.

On y découvre en effet un mélange musical allant du rock au funk en passant par les rythmes tropicaux. Il passe pour la première fois à l’Olympia en octobre 1977. C’est à cette période qu’il rencontre Léo Ferré, un modèle pour lui. En 1979, Lavilliers s’installe à Saint-Malo, achète un bateau et part pour la Jamaïque, puis New York et le Brésil.

Il revient alors en France avec l’album O gringo qui reste aujourd’hui un de ses disques les plus célèbres. Les années 1980 sont des années de gloire pour Lavilliers. En 1981 sort l’album Nuit d’amour qui raconte notamment sa nouvelle vie à Los Angeles et sa rencontre avec Lisa Lyon qui deviendra sa femme. Cet album très noir n’est pas forcément le plus célèbre de sa discographie, bien qu’y figure le titre Idées noires pour lequel il forme un duo avec Nicoletta. En 1984, il sort Tout est permis, rien n’est possible, disque semblant être plus dans la lignée de son travail des années 1970 et notamment les albums 15e Round et Pouvoirs. Jimmy Cliff, Melody Tempo Harmony, qui reste l’un de ses plus grands succès.

En 2001, sort l’album Arrêt sur image dans lequel figure l’hymne ouvrier Les Mains d’or. Toujours inspiré et en constante évolution, Bernard Lavilliers sort en 2004 Carnets de bord, nouvel hymne au voyage. Maldoror, entre la mort et la mer . Sur cet album figurent aussi un duo reggae avec Tiken Jah Fakoly intitulé Question de peau, et une diatribe écologique, État des lieux. Bernard Lavilliers en concert au Festival du Bout du Monde 2011.

Fin 2010, Lavilliers sort Causes perdues et musiques tropicales. Le titre de cet album vient d’une discussion avec François Mitterrand dans les années 1980. Ce 20e opus est au format d’un double album. Sur le second CD, il se fait narrateur d’un poème de Blaise Cendrars écrit en 1913, La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France. Fin septembre 2017, il sort son 22e et dernier album studio en date, intitulé 5 minutes au paradis.

1970 et par intermittence, Bernard Lavilliers a eu une longue vie commune avec Évelyne Rossel. Il a été marié de 1982 à 1983 à la bodybuildeuse Lisa Lyon, puis avec Jocelyne, puis ensuite avec Melle Li de 1984 à juin 1989. Salomé, née en 1987 d’une rencontre avec Françoise. Il lui a consacré la chanson Salomé et elle est apparue avec lui sur scène, notamment en 1996 au Palais des sports de Paris. Au tournant des années 1970 et 1980, c’est sa compagne Lisa Lyon, championne du monde de culturisme, qui l’encourage à travailler son corps, contribuant à l’image de chanteur physique. Dès 1968, Bernard Lavilliers s’engage auprès des ouvriers en lutte dans les usines. Il apporte notamment son soutien aux sidérurgistes lorrains, depuis plus de trente ans.