Histoire Abregee Des Traites de Paix, Entre Les Puissances de L’Europe Depuis La Paix de Westphalie, Volume 8… PDF

Flag of the Grandduchy histoire Abregee Des Traites de Paix, Entre Les Puissances de L’Europe Depuis La Paix de Westphalie, Volume 8… PDF Wurzburg. Bandiera del Regno di Sicilia 4. La campagne de Prusse et de Pologne se déroule pendant les guerres de la Quatrième Coalition de 1806 à 1807. En juillet 1806, Napoléon crée la Confédération du Rhin, qui rassemble les petits États rhénans et d’Allemagne.


Les plus petits sont intégrés aux électorats, aux duchés ou aux royaumes plus grands, ce qui facilite le gouvernement de l’Allemagne non-prussienne. La Prusse n’accepte pas que la suprématie française s’étende jusqu’à ses portes et, le 9 août, alors que l’armée russe est encore loin de la Prusse, le roi Frédéric-Guillaume III, poussé par le Royaume-Uni, décrète la mobilisation afin de faire la guerre à la France. La Grande Armée défile à Berlin. En septembre, Napoléon concentre son armée sur le Rhin. Articles détaillés : bataille d’Iéna et bataille d’Auerstadt.

L’avance rapide de l’armée française est telle qu’elle permet d’annihiler l’armée prussienne, comptant 250 000 hommes. Le 26 octobre, Napoléon entre à Potsdam et visite le tombeau de Frédéric le Grand, et devant ses maréchaux qu’il fait se découvrir, prononce ces mots :  S’il était encore vivant, nous ne serions pas là aujourd’hui. Au total, Napoléon n’a mis que 19 jours du lancement de son attaque sur la Prusse jusqu’à son entrée dans Berlin. En comparaison, la Prusse a lutté pendant trois ans durant la guerre de la Première Coalition. Napoléon séjourne près d’un mois à Berlin. Le 21 novembre il y signe le décret de Berlin qui instaure le blocus continental contre le Royaume-Uni.

Hohenlohe commandant en chef de l’armée prussienne, est obligé de se rendre le 28 octobre à Prenzlau, avec les lambeaux de son armée. Cette capitulation provoque le découragement des troupes prussiennes résistant dans les places fortes du royaume : cette crise de moral pousse ces garnisons à se rendre les unes après les autres. Davout fait cerner et prend Custrin avec 4 000 hommes et 90 canons. Anklan Murat fait encore 4 000 prisonniers. Le maréchal Ney fait le siège de Magdebourg. Aussitôt les Français passent à l’attaque et viennent rapidement à bout des défenses de la ville.

7, Blücher et ses généraux demandent à capituler. Après ces revers, la Prusse accepte les propositions d’armistice de Napoléon. La convention prévoit que les négociations doivent se poursuivre à Charlottenbourg et que l’échange des ratifications doit avoir lieu à Graudenz dans les 5 cinq jours au plus tard. Pendant ce temps, les troupes françaises arrivent sur la Vistule, le traité n’a plus d’objet. Le 20 novembre Lestocq reçoit la capitulation de Hameln et fait prisonniers 9 000 fantassins, 300 cavaliers et 6 généraux. Après avoir nommé le général Clarke, gouverneur général de Berlin, Napoléon quitte donc la ville dans la nuit du 25 au 26 novembre 1806. Il est à Poznań le 27.

L’insurrection des provinces polonaises contre l’occupant prussien ou russe fournit à Napoléon 30 000 hommes. Devant Varsovie, les Russes se dérobent et refusent de livrer bataille. Murat s’empare de Praga faubourg de la capitale, et les poursuit sur le Boug. Les Russes détruisent les ponts derrière eux.

Le 28 novembre au soir, Murat entre à Varsovie. Il est rejoint par Davout le 29. Le 6 décembre, plus au nord, Ney passe la Vistule dont le cours est encombré de glace et entre à Thorn. L’armée du prince Jérôme, composée de divisions bavaroises et wurtembourgeoises, est devant Głogów, capitale de la Basse-Silésie. La ville est entourée de bonnes fortifications.