Izieu, des enfants dans la Shoah (Divers Histoire) PDF

Affiche apposée après octobre 1940, dans l’Aisne, sur les commerces juifs, dans le cadre de la politique d’aryanisation, indiquant la nomination d’un commissaire-gérant aryen. 21 juillet 1940 : Création par Alibert, ministre izieu, des enfants dans la Shoah (Divers Histoire) PDF la justice, d’une commission de révision des 500 000 naturalisations prononcées depuis 1927. Juillet 1940 : les Allemands expulsent plus de 20 000 Juifs alsaciens-lorrains vers la zone sud. 27 septembre 1940 : Ordonnance allemande sur le statut des Juifs en zone occupée.


En 1943, grâce à Sabine et Miron Zlatin, en lien avec l’œuvre de Secours aux Enfants, des enfants juifs, venus de toute l’Europe, trouvent refuge dans une colonie à Izieu, un petit village sur les contreforts du Jura. Une année plus tard, le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon, sous le commandement de Klaus Barbie, arrête quarante-quatre de ces enfants et leurs sept éducateurs. Ils sont déportés à Auschwitz-Birkenau et aucun enfant ne reviendra. Le plus jeune, Albert Bulka n’avait pas encore cinq ans, le plus âgé, Arnold Hirsch venait de fêter ses dix-sept ans. Dans cet ouvrage poignant, Pierre-Jérôme Biscarat retrace ce sombre événement à partir de documents, de témoignages familiaux, et de lettres. Une nouvelle édition enrichie de ce livre, préfacé par Serge Klarsfeld, paraît à l’occasion de la sortie en avril 2014 du documentaire sur France 2 tourné en partie au mémorial d’Izieu. pour les 20 ans de sa création

Juif  sur les magasins tenus par des Juifs. 3 octobre 1940 : Premier statut des Juifs. 4 octobre 1940 : Les préfets peuvent interner les étrangers de race juive dans des camps spéciaux ou les assigner à résidence. 7 octobre 1940 : Zone occupée :  aryanisation  des entreprises.

21 juillet 1941 :  Aryanisation  des entreprises en zone libre. 1941 : Zone occupée : Internement de 3 200 Juifs étrangers et 1 000 Juifs français dans divers camps dont celui de Drancy. Les juifs d’origine polonaise à Lens. Zac, après l’exode de la moitié de la communauté juive de Lens à la suite de la bataille de France, le recensement de décembre 1940 dénombre encore 482 individus dits  israélites  dans la région, et plus que 13 en octobre 1942.