Je vous ai choisis PDF

Ce dispositif permet à l’élève d’apprendre le tracé des lettres sans se préoccuper de la tenue du feutre. L’adulte produit dans je vous ai choisis PDF farine le premier tracé de la lettre en le verbalisant.


Depuis 30 ans, un petit village de Bosnie-Herzégovine s’est transformé en signe de contradiction. Quelques lettres, difficilement prononçables pour beaucoup, exprime un événement inattendu, origine d’un mouvement de grande ampleur depuis juin 1981. Medjugorje. Vaste supercherie ou immense bénédiction? L’objectif de ce livre n’est pas de répondre à cette question. Il n’est pas question non plus de faire le récit desdites apparitions. Je n’ai pas autorité pour me prononcer au nom de l’Eglise. Je me plierai toujours à ce qu’elle dira et demandera de manière officielle, par la voix de ceux qui ont été mandatés pour observer, enquêter, et discerner. Mais je me permets d’écrire ce petit ouvrage qui m’a été demandé. Je le fais avec l’autorisation de mon évêque, et en m’appuyant non pas uniquement sur mon étude des messages. En effet, je tiens compte de ce que j’y ai vécu, de ce que j’ai vu et entendu chez de nombreuses personnes. Je relis aujourd’hui ces messages à la lumière également de mon expérience pastorale, en tant que curé de paroisse, préoccupé par la mission d’évangélisation qui m’a été confiée.

L’enfant le reproduit et nous poursuivons ainsi jusqu’à ce que la lettre soit complète. Nous nous appuyons sur des repères graphiques : des petits animaux que les enfants retrouveront sur les fiches pour la majuscule d’imprimerie et des billes plates pour la cursive. L’enfant tente à son tour d’enchaîner tous les gestes. En fonction du niveau de l’élève, les repères sont retirés de la farine. Au fur et à mesure de nos apprentissages, l’Abécédaire tactile s’enrichit de nouvelles lettres. Il constitue un référent permanent, que l’on peut venir utiliser lors des nombreuses occasion d’écrire en maternelle. Le tracé d’une lettre s’il n’est pas employé régulièrement, peut s’oublier.

L’abécédaire à toucher peut réactiver à tout moment ce savoir. Dans notre classe, les lettres à toucher sont collées sur de petites pommes, les cursives d’un coté, les majuscules de l’autre. Le f en cursive est trop grand pour être placé au dos du F majuscule. Nous aurions pu le réduire, mais il nous semble important que les rapports de taille entre les lettres soient respectés. Il est donc le seul placé à côté. Les fiches sont glissées sous une pochette transparente de bonne qualité pour être utilisées avec un feutre effaçable à sec. La fiche devient alors un support ou l’erreur, le tâtonnement, l’expérimentation est possible, ce que ne permet pas un simple format papier.

L’enfant retrouve sur la fiche les mêmes repères que dans la farine. 1- L’enfant retrouve les points de départ et sens du tracé. Il doit poser son feutre sur le plus gros bouton et suivre la craie orange. J’ai choisi délibérément de ne pas mettre de flèches. Elles constituent un codage supplémentaire inutile et incompréhensible de certains jeunes enfants.

Le chemin de lettre est très large : il intègre une certaine irrégularité de tracé, que ne permettrait pas le pointillé dont on « déborde » facilement. Lors de la présentation des premières fiches, je suis intraitable sur le respect de ce mode d’utilisation. Cette rigueur nous permet ensuite de laisser les enfants travailler en autonomie sur le fichier. 2- Le chemin de la lettre est plus fin. 3- Les indications sur le sens du tracé disparaissent.

Cela oblige l’enfant à le retrouver et le mémoriser. 4- L’élève doit écrire sans le chemin de la lettre. Mais il peut encore s’appuyer sur les repères pour érire. 5- Les repères iconiques disparaissent pour un tracé presque autonome. Tracer de haut en bas ?

Les enfants sont souvent amenés à tracer les verticales de haut en bas sur le fichier. Dans cette optique, il m’a semblé intéressant d’appliquer ce principe dès l’apprentissage de la majuscule. Toutefois, si je suis exigeante lors de l’utilisation du fichier, lorsque l’enfant écrit un mot en majuscule, je tolère d’autres façons de tracer, quand la lettre est lisible. Le principal est que l’enfant s’approprie des mots, un plaisir d’écrire, sans prendre de mauvaises habitudes. Le passage d’un fichier à l’autre se fait facilement : les modes d’utilisation et la progression au sein des fiches sont identiques pour les majuscules d’imprimerie et la cursive.

Cela permet de faire travailler en même temps des enfants qui n’ont pas les mêmes compétences : certains continuent de travailler sur les lettres d’imprimerie quand ceux qui y sont prêts attaquent la cursive. Par ailleurs, tout au long du fichier, les différentes écritures d’une lettre sont représentées ce qui facilite la correspondance entre les graphies d’une même lettre. La fiche reprend la même progressivité que celle en majuscule d’imprimerie. Quantité de travail plus importante, le nombre de lettres à écrire ayant doublé. Je n’ai pas créé d’images de feuilles isolées pour les utilser dans le sable ou la farine parce que nous nous servons pour cette étape de billes plates. Pas de liaison ou trait d’attaque aux lettres ? Cela permet de progresser par pallier dans l’apprentissage : on commence par l’écriture des lettres d’un mot, puis on travaille les liaisons au moment d’écrire le mot.

Prenons l’exemple du d en cursive : Si l’enfant apprend à l’écrire sans la liaison dans un premier temps, il peut se concentrer sur le sens de rotation du rond, son départ et un lever de crayon pour faire « la grande canne ». Parce qu’en maternelle, les niveaux de compétences peuvent être très différents d’un élève à l’autre, plusieurs niveaux de difficultés sont proposés en même temps aux enfants, quelque soit leur section. Les réussites sont notées sur des brevets. Niveau 4 : Savoir écrire des mots en respectant les liaisons des lettres. Une planche de brevets vierges à remplir.

Qu’est-ce que je sais déjà faire ? Qu’est ce qu’il me reste à apprendre ? Il participe ainsi à la régulation de ses apprentissages, un facteur de motivation puissant. Il entraine une bonne estime de soi, en tant qu’élève.

On peut travailler temporairement par groupe de besoins avec un public choisi, autour d’une lettre, d’une difficulté. Le passage, par exemple, de la lettre au mot en cursive demande un accompagnement vigilent de l’enseignant. Je regroupe ceux qui y sont prêts et nous travaillons pas à pas l’écriture du mot en insistant sur le respect des liaisons. Dans les premiers ateliers d’écriture, nous travaillons autour de lettres simples d’un même projet d’écriture, un mot chargé affectivement, pour lequel les enfants ont envie de s’investir comme le nom de la marionnette ou les initiales des enfants. Commencer par perdre ce temps permet d’en gagner beaucoup par la suite. Que ce soit pour légender une affiche, transmettre un message, écrire « Père-Noël » nous utilisons les projets de production écrite pour apprendre à écrire, quelques lettres d’un mot ou la totalité du message. Les réussites des enfants sont notées sur les brevets ou tableaux.