L’Afghanistan 2014 : retrait ou retraite ? PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Combattants moudjahidines dans la province afghane de Kounar en 1987. L’invasion soviétique s’inscrit dans le contexte l’Afghanistan 2014 : retrait ou retraite ? PDF la guerre froide.


L objet de ce numéro est de tenter de faire un état des lieux et des enjeux de la question : une première partie rassemble des articles consacrés aux problématiques géopolitiques portant entre autres sur la question épineuse des frontières et du jeu pour le moins trouble des différents acteurs en présence ; une seconde partie entend accorder une place parfois négligée aux problématiques sociétales, à la fois civiles et culturelles.

Les tentatives faites par les dirigeants du pays de mettre en œuvre de nouvelles réformes, qui permettraient de surmonter le retard de l’Afghanistan, ont rencontré la résistance de l’opposition islamique. En 1978, avant l’entrée des troupes soviétiques en Afghanistan, la guerre civile a déjà éclaté. 1973 par le prince Mohammad Daoud Khan, l’État afghan s’était de plus en plus éloigné de Moscou. Le radical Hafizullah Amin, Premier ministre du régime, désire plus d’autonomie vis-à-vis de l’URSS, avis partagé par une partie de la population. Le 14 septembre, le président afghan Nour Mohammad Taraki, très favorable à Moscou, est assassiné par son concurrent communiste Hafizullah Amin, qui lui succède et prend ses distances avec Moscou.

De 1986 au retrait de l’Armée rouge :  afghanisation  de la guerre et retrait soviétique. Carte de l’invasion de l’Afghanistan par l’armée soviétique en 1979. Par rapport au principe du respect du droit international, elle invoque de très nombreuses demandes d’intervention du gouvernement communiste afghan auprès d’elle dans toute l’année 1979. Un pont aérien est établi entre Tachkent, en Ouzbékistan et les principaux aéroports d’Afghanistan. De plus, les chars et véhicules blindés se montrent inadaptés au relief montagneux. Les combats sont peu nombreux jusqu’en février 1980, les Soviétiques installant des bases. Ils ne peuvent compter sur l’armée afghane sous-entraînée et peu sûre.