L’Art culinaire asiatique PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? L’histoire l’Art culinaire asiatique PDF la cuisine française reflète l’évolution de la société française, et particulièrement celle de son élite.


La cuisine de quinze pays asiatiques, de l’Inde au Japon, en 810 recettes. Inde, Pakistan, Ceylan, Indonésie, Malaisie, Singapour, Birmanie, Thaïlande, Cambodge, Laos, Viêt-nam, Philippines, Chine, Corée, Japon : les plats emblématiques de ces pays nous sont familiers. Qu’il s’agisse des currys, des nems ou des wontons, des multiples accords sucré-salé ou aigre-doux, ces mets raffinés font désormais partie à part entière de nos habitudes culinaires. Pour nous permettre de les réaliser selon les règles de l’art et pour élargir notre connaissance de ces gastronomies lointaines, Charmaine Solomon présente, pays par pays, des recettes très détaillées, faciles à réaliser, qui ne demandent aucun matériel particulier et utilisent une gamme de produits que l’on peut se procurer à peu près partout.

Devise gourmande à la gloire de la cuisine française. La cuisine française, comme celle d’autres pays européens, prend principalement ses sources dans la culture alimentaire romaine. Affirmation qui demande cependant une certaine prudence. La cuisine romaine a sans doute prédominé dans les couches les plus romanisées de la population, probablement plus pauvrement dans la population dans son ensemble.

Ce sont surtout les classes dirigeantes qui ont adopté les modes de vie romains, la romanisation n’étant pas aussi poussée qu’elle puisse concerner le peuple dans son ensemble. Leurs recettes diffèrent peu de celles publiées en Angleterre, Italie, Danemark ou Espagne. On ne peut donc parler de spécificité française durant cette époque. Les plats sont posés d’avance, retirés tous ensemble et remplacés par une autre série, chaque série constituant un service.