L’autorité des décisions du Conseil constitutionnel – 1ère édition: Thèmes et commentaires PDF

Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la l’autorité des décisions du Conseil constitutionnel – 1ère édition: Thèmes et commentaires PDF des idées. Je me propose d’évoquer à chaud et succinctement, un fait d’actualité, une déclaration intéressante, ou un événement appelant un éclairage, une remarque. Je m’autorise à être subjectif, anecdotique, rapide.


Sous la direction de Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux
La question prioritaire de constitutionnalité renouvelle l’intérêt porté à la question de l’autorité des décisions du Conseil constitutionnel. Cette autorité, qui trouve son fondement dans l’article 62, renvoie en fait à la question de la place et du rôle de la jurisprudence du Conseil constitutionnel et de sa réception tant par les juridictions de droit commun, que par les autorités politiques, au premier rang desquelles figure le Parlement. Il s’agit, au-delà de la reconnaissance traditionnelle de l’autorité de chose jugée, de l’autorité de chose interprétée. L’analyse s’impose, alors qu’une nouvelle procédure de contrôle de constitutionnalité est mise en ½uvre, mais elle dépasse ce seul cadre et concerne également l’exercice du contrôle a priori. Ce sujet, d’une grande actualité, intéresse les juges, les membres des professions juridiques et judiciaires et les juristes universitaires, mais aussi, plus largement, les citoyens et les justiciables.
Cet ouvrage est la transcription des travaux du 5e Printemps du droit constitutionnel organisé par le Centre de recherche de droit constitutionnel de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, qui s’est tenu le 31 mars 2010 au Conseil constitutionnel.

Il est loisible de débattre à partir de ces thèmes et sujets, ou d’autres que les lecteurs peuvent choisir. Car ce blog a pour objectif d’être un lieu d’échanges. Américains facétieux viennent de publier dans des revues scientifiques des canulars qui reprennent la dialectique victimaire des minorités sexuelles. Sexuality and Culture a ainsi salué un texte encourageant les hommes hétérosexuels à s’introduire des godemichés dans l’anus pour faire baisser leur homophobie. La révolution du bon sens, qui alimente la vague conservatrice, veut en finir avec les idéologues et leurs déconomètres. 1,12 million d’euros, La Fille au ballon s’est transformée pour partie en lambeaux, grâce à un mécanisme de découpage caché dans le cadre. Les populistes, s’il leur reste à prouver qu’ils ont les idées claires, ont la chance d’avoir comme adversaire une pensée-massue, sectaire, fruste, répulsive.

Christine Sourgins, Les Mirages de l’Art contemporain, La Table Ronde. Alain Kleinmann, Interrogations sur l’art contemporain Les Éditions de Paris. Face à l’immigration afro-maghrébine les Français continuent de se comporter comme de gros benets, comme de joyeux naïfs satisfaits de leur nouvelle condition de soumis : nous paierons cet aveuglement très très cher. Voici la suite du blog d’Ivan Rioufol. Merci à lui et bonne lecture à tous. La gauche américaine, qui donne le tempo, vient de se prêter à un superbe procès stalinien contre un proche de Donald Trump: parce que Brett Kavanaugh, pressenti pour être nommé à la Cour suprême, est un conservateur blanc et catholique, il a eu à subir d’infamantes accusations de violences sexuelles prétendument commises il y a près de 40 ans. Tous ces adeptes du prêt-à-penser bétonné, persuadés d’incarner la Vertu, sont des insultes au libre arbitre, à la libre conscience, à la liberté d’expression.

L’amicale des progressistes s’est donnée comme mission de dénoncer la haine chez ceux d’en face. Mais ces petits anges débordent de méchanceté et d’inhumanité. La bête immonde, ce spectre qu’agitent les antinationalistes, est nichée dans le cerveau de ces idéologues pétrifiés: ils ferment les yeux sur la vulnérabilité des nations, qui risquent de devenir des poudrières, au nom d’un multiculturalisme béatifié. Reste qu’il ne suffit pas aux populistes de souligner les inconséquences de leurs adversaires pour se croire à la hauteur de l’histoire. Les provocations de Bolsonaro contre le politiquement correct enchantent les électeurs, mais elles ne font pas un programme.

L’intelligence collective doit être mobilisée pour donner de l’épaisseur aux propositions de ceux qui récusent l’hégémonie des petits-maîtres coupés des réalités. L’Église catholique est la cible de ceux qui cherchent à décrédibiliser sa parole à la veille du débat sur la PMA pour toutes. Des parlementaires défendent l’idée d’une commission d’enquête sur la pédophilie en son sein. Mais pourquoi, diable, l’Église serait-elle, seule, à en répondre? Christine Sourgins,Les Mirages de l’Art contemporain, La Table Ronde. Alain Kleinmann, Interrogations sur l’art contemporain, Les Éditions de Paris.

Pour ceux qui ne savent pasje recommande explicitement mon lien de 19h09 sur ces médias qui expatrie la modération des blog Français. Dommage car j’ai devancé le sujet de YR sur le fil précédent avec les progressistes-belges rattrapés électoralement pas l’intrusion d’extra-Belge se présentant au échéance électorale prochaine et favorable a Erdogan si ce n’est la charria en sous main. Quand je dis et redis que bientôt nous ne pourrons plus rien dans les urnes a force d’hésitation. Cher Ivan Rioufol, s’agissant des « populistes », Daniel Pipes préfère substituer à cette dénomination à connotation ignominieuse dans l’esprit des progressistes pétris de valeurs régressives celle de « civilisationnistes ».

Donner la parole aux gens simples ? Peu à peu les yeux s’ouvrent, ainsi Philippe de Villiers a compris le mécanisme provocateur du progressiste Macron est incompatible avec sa propre vision de la Société. Etat, de toute souveraineté, le multiculturalisme qui conduit des sociétés multidéculturées, c’est voir l’Europe se désagréger, se disloquer, c’est être pour le transhumanisme, l’eugénisme. Le populisme au contraire ce sont les valeurs simples, la filiation, les terroirs, les pérennités, l’histoire qui fait l’Histoire ». Je suis personnellement d’accord avec ces définitions.