L Egypte, L’ PDF

ENiM est la première revue française numérique d’égyptologie. Elle est l’expression des activités de l’équipe « Égypte nilotique et méditerranéenne » de l’UMR 5140, « Archéologie des sociétés méditerranéennes ». Elle accueille aussi les travaux des autres membres de la communauté égyptologique internationale. Elle publie L Egypte, L’ PDF travaux portant sur tous les aspects de l’Égypte ancienne, de la préhistoire à la période copte.


ENiM est une revue entièrement gratuite et téléchargeable à partir du site de l’équipe « Égypte nilotique et méditerranéenne ». ENiM étant une revue électronique, le processus de préparation des articles est accéléré. Leur soumission se fait directement sur le site de la revue. Le traitement éditorial achevé, les articles reçus sont immédiatement mis en ligne, au format Pdf. ENiM est un périodique annuel composé de l’ensemble des articles successivement mis en ligne au cours de l’année, le volume annuel étant clos en fin d’année civile. Montpellier les 18 et 19 novembre 2011.

Il présente des approches toponymiques, archéologiques et cartographiques des espaces et pratiques cultuels de la IIe province de Basse-Égypte ainsi que des XXIIe, XVIIIe, XVIe et IXe provinces de Haute-Égypte. Elle devint dès lors un sujet de spéculation pour les savants de ! Les contributions réunies dans ce troisième volume font état de travaux récents sur les pratiques religieuses qui se sont développées dans la région thébaine au cours du premier millénaire avant notre ère. Elles abordent de multiples questions relatives aux théologies construites autour des dieux-morts de Djémê et de leur développement à Médamoud, mais également liées aux cultes osiriens et à ceux des souverains lagides divinisés. Publiées au début du siècle dernier par G.

23 du règne de Ptolémée Épiphane. Comme toutes les autres cultures, antiques ou modernes, la civilisation pharaonique a su exploiter les spécificités de la faune sauvage présente dans son environnement, aussi bien dans ses modes de représentation du monde que dans ses rouages économiques et institutionnels. Les auteurs de ce volume vous invitent donc à découvrir différents articles portant sur le monde animal en Égypte ancienne. Rites égyptiens, dont bien des volumes sont ainsi consacrés à tel ou tel rite attesté dans les temples tardifs. La diversité des contributions organisées par thèmes reflète parfaitement le parcours singulier de la récipiendaire.

Le présent ouvrage poursuit les investigations sur différents aspects des théologies et des pratiques religieuses mises en oeuvre dans la région thébaine. Les contributions mettent particulièrement en exergue le rôle majeur joué par la Butte de Djémê et les temples de Karnak, lieux de création des théologies les plus sophistiquées. Kharga sont également mis en lumière. Vallée du Nil et du monde méditerranéen des Césars. Corpus des sources relatives à la topographie cultuelle de la ville de Memphis à la XVIIIe dynastie. Autant de domaines que Dimitri Meeks a enrichis par des apports décisifs avec un savoir et un talent unanimement reconnus.

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Afrique du Nord-Est et, pour la péninsule du Sinaï, en Asie de l’Ouest. Avec plus de 92 millions d’habitants en 2017, l’Égypte est le troisième pays le plus peuplé d’Afrique derrière le Nigeria et l’Éthiopie. En très forte croissance, sa population a été multipliée par quatre en soixante ans.

La langue officielle du pays est l’arabe, utilisée dans tous les documents et dans l’éducation. On distingue généralement quatre régions : la Basse-Égypte, la Moyenne-Égypte, la Haute-Égypte et la Nubie. Répartition inégale de la population égyptienne. Le reste du territoire est désertique. Au nord du Caire, la vallée se transforme en un vaste delta de 200 kilomètres de large, semblable à un grand éventail fertile plongeant dans la mer Méditerranée. Arabie, à l’ouest la dépression de Qattara et le désert Libyque, plateau aride ponctué de formations géologiques bizarres et d’oasis luxuriantes. Suez s’étend la péninsule du Sinaï, extension du désert d’Arabie, où le mont Sainte-Catherine culmine à 2 642 mètres.