L’empire gréco-romain PDF

Les deux grandes problématiques historiques concernant ces provinces sont actuellement la question de leur romanisation et celle de leur christianisation. L’ Afrique romaine  désigne ainsi soit les terres d’Afrique dominées par Rome, soit la part romanisée de l’Afrique. L’Afrique romaine s’étend d’est en ouest, de la Petite Syrte aux côtes l’empire gréco-romain PDF de l’actuel Maroc. Mosaïque dite de Virgile et les Muses, expression de la latinité à l’œuvre dans l’art africain.


La séparation des chaires de grec et de latin au sein de l’Université française perpétue le mythe d’une distinction, voire d’une opposition, entre  » la Grèce  » et  » Rome « . Pourtant, l’Empire dit  » romain  » fut en réalité gréco-romain à plus d’un titre. Et d’abord par la langue. Certes, la langue véhiculaire qu’on pratiquait dans sa moitié occidentale était le latin, mais c’était le grec autour de la Méditerranée orientale et au Proche-Orient. Ensuite, la culture matérielle et morale de Rome est issue d’un processus d’assimilation de cette civilisation hellénique qui reliait l’Afghanistan au Maroc. Enfin, l’Empire était gréco-romain en un troisième sens : la culture y était hellénique et le pouvoir romain ; c’est d’ailleurs pourquoi les Romains hellénisés ont pu continuer à se croire tout aussi romains qu’ils l’avaient toujours été. Le présent volume entend suggérer, à coups d’aperçus partiels et de questions transversales, une vision d’ensemble qui ne soit pas trop incomplète de cette première  » mondialisation  » qui constitue les assises de l’Europe actuelle.

Mais, les campagnes militaires notamment celle des guerres puniques ont considérablement modifié le paysage social de Rome. Les citoyens mobilisés effectuaient plusieurs campagnes les unes après les autres sans rentrer chez eux. Les campagnes se couvrent de vastes pâturages. Le blé importé de Sicile concurrence celui des petits producteurs latins qui, ruinés, vendent leurs terres à bas prix aux grands propriétaires et s’en vont à Rome rejoindre la plèbe urbaine. Or malgré l’excellence du réseau routier, les voies romaines sont surtout conçues pour faire se déplacer rapidement des légions plutôt que des lourds charriots.

Grecs perdant leur suprématie avec la dissolution de l’empire macédonien, Carthage et Rome qui vivaient en bonne intelligence jusque-là se retrouvent face à face. Punico-romaine jusqu’à César, romano-punique ensuite, l’Afrique du Nord ne devint vraiment romaine que sous les Flaviens. Afrique romaine, en particulier lors de la politique volontariste de la dynastie flavienne. L’intervention de Rome en Afrique peut-être lue ainsi comme une  dépunicisation  à l’échelle des provinces et des communautés. La pénétration romaine en Africa s’amorce par des interventions politiques et économiques. Rome s’efforce d’entretenir des divisions en Afrique dès la fin de la deuxième guerre punique.

Massinissa, souverain des Massyles, s’allie à Rome contre Carthage et Syphax. Mais Massinissa qui unifie le royaume numide en 148 av. La troisième guerre punique et l’annexion de Carthage peuvent être vues comme un choix délibéré de la part de la République romaine de priver Massinissa d’une cité à l’arrière-pays plus que prospère. Troisième guerre punique, après la victoire de 146 av. Après la chute de la puissance carthaginoise est créée la première province romaine en Afrique, nommée Africa. Rome arbitre à plusieurs reprises les problèmes de succession, à chaque fois dans le sens d’une division en plusieurs royaumes.

Ami et client de Rome, Jugurtha, petit-fils de Massinissa, provoque la colère romaine après avoir fait massacrer quelques marchands italiens de Cirta lors du conflit entre les successeurs de Micipsa. Après la bataille de Thapsus en 46 av. Mais Rome ne se contenta pas de  veiller sur la dépouille  du royaume punique, selon la formule de Theodor Mommsen. Provinces de Maurétanie, de Numidie et de Proconsulaire.

Sous Auguste, la domination romaine va dépasser la fossa regia. Ainsi, dans les premiers temps du principat, les Romains se mettent en rapport avec les espaces restés en marge de la romanisation, en repoussant les limites méridionales de la province. En 37, l’empereur Caligula nomme un légat pour diriger la IIIe légion Auguste, qui dépendait jusqu’alors théoriquement du proconsul de la province. Denier avec galère et portrait de Clodius Macer.

Le règne des Flaviens a constitué pour l’Afrique une période de nécessaire stabilisation après les troubles et les acquisitions territoriales. Vespasien, qui avait été proconsul, fut mal accueilli par les Africains. Les provinces ont connu précédemment une période de troubles politiques – incursions des Garamantes – et le nouvel empereur devait s’assurer la fidélité de légat et du proconsul. La priorité de Vespasien est la mise en ordre des provinces. La romanisation s’accélère dans les provinces et les communautés du sud sont soumises à un plus grand contrôle, voire à une mise sous tutelle.