L’essentiel de la stratégie. Outils – Méthodes – Bonnes pratiques. PDF

CSE du 3-5-2001 Article 1 – Les dispositions des annexes I, II et III de l’arrêté du 30 mars 1989 susvisé sont modifiées conformément aux annexes I, II et III du présent arrêté. Article 2 – Les dispositions du présent arrêté sont applicables à la rentrée scolaire 2001. Article 3 – La première session des brevets de technicien supérieur l’essentiel de la stratégie. Outils – Méthodes – Bonnes pratiques. PDF conformément aux dispositions du présent arrêté aura lieu en 2003.


le positionnement stratégique. L’analyse stratégique. L’analyse de portefeuille. La mise en oeuvre de la stratégie, clé de la réussite. Comment établir un diagnostic stratégique ? Comment élaborer une stratégie générale et une stratégie par activité ? Comment améliorer les processus de décision ? Comment appréhender le management stratégique ? Pour vous aider dans l’élaboration de cette stratégie, de nombreuses méthodes et leurs outils ont été développées, depuis la courbe d’expérience et les diverses matrices d’analyse multicritères, jusqu’au modèle Delta, mis au point par la MIT Sloan School. Ce livre présente une synthèse de tous ces outils, afin d’apporter, aussi bien aux managers qu’à leurs équipes, ainsi qu’aux consultants, tous les éléments indispensables pour appréhender aisément, puis appliquer, les méthodes les mieux appropriées à une situation donnée.

Article 4 – La directrice de l’enseignement supérieur est chargée de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Nota – Le présent arrêté et ses annexes sont disponibles au CNDP, 13, rue du Four, 75006 Paris, ainsi que dans les CRDP et CDDP. Ces trois objectifs permettent de déterminer pour un technicien supérieur les capacités et compétences mises en jeu en mathématiques. La perspective est celle d’une formation axée sur l’entrée dans la vie professionnelle, tout en veillant aux capacités d’adaptation à l’évolution scientifique et technique, et en permettant la poursuite éventuelle d’études. Généralement, le bandeau précise les objectifs essentiels du module et délimite le cadre du texte qui suit. La colonne de gauche de ce texte est constituée par l’énoncé des notions et résultats de base que l’étudiant doit connaître et savoir utiliser.

Pour limiter un niveau d’approfondissement, il peut être indiqué en commentaire, dans la colonne de droite, que « tout excès de technicité est exclu » ou que des « indications doivent être fournies » aux étudiants, ou encore qu’il faut se limiter à des « exemples simples ». Pour chaque spécialité du brevet de technicien supérieur, une note de service précise le contenu du formulaire officiel de mathématiques. Les étudiants ont acquis dans les classes antérieures un bagage qu’on aura soin d’investir dès le début de l’année dans des directions variées. Le professeur dispose en général de séances de travaux dirigés nécessaires pour affermir les connaissances des étudiants par un entraînement méthodique et réfléchi à la faveur d’activités de synthèse disciplinaires et interdisciplinaires.

Le cours proprement dit doit être bref, tandis que les activités correspondant aux « travaux pratiques » doivent occuper une part très importante du temps de travail, aussi bien en classe qu’en dehors, le travail personnel étant primordial dans la formation. De plus, pour les spécialités où l’informatique joue un rôle particulièrement important, une approche de quelques modèles mathématiques intervenant dans la conception et l’utilisation de ces technologies est de nature à favoriser l’unité à la formation. L’emploi des calculatrices est défini par la réglementation en vigueur spécifique aux examens et concours relevant du ministère de l’éducation nationale. Dans ce cadre, les étudiants doivent savoir utiliser une calculatrice programmable à écran graphique dans les situations liées au programme de la spécialité considérée. L’enseignement des mathématiques ne se limite donc pas à la seule présentation d’un savoir spécifique, mais doit participer à l’acquisition de capacités plus générales. 1 – Maîtriser les connaissances figurant au programme de mathématiques Pour être capable de résoudre des problèmes, il est indispensable de connaître les définitions et les théorèmes figurant au programme. Disposer de connaissances solides dans un nombre limité de domaines mathématiques est une nécessité pour un technicien supérieur, sans cependant constituer ni un but en soi ni un préalable à toute activité mathématique pendant la formation.

La grille d’évaluation suivante a été réalisée en tenant compte de ces objectifs. Cette grille est constituée de trois parties. En dessous, on retrouve les capacités et compétences décrites dans le paragraphe A. Disposer de quatre niveaux permet de mettre en valeur les évolutions des performances, en particulier dans le cas de réussites partielles. L’utilisation de cette grille d’évaluation en mathématiques peut permettre de dépasser le stade de la simple observation et déboucher sur une meilleure prise de conscience par l’étudiant de ses réussites, de ses échecs et de ses évolutions, et l’amener à prendre une part plus active à sa propre formation.

2 – Formes de l’évaluation Les formes de l’évaluation, la nature, la durée et le coefficient de l’épreuve ou de la sous-épreuve de mathématiques sont précisés dans le règlement d’examen spécifique à chaque spécialité du BTS. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Merise a été très utilisée dans les années 1970 et 1980 pour l’informatisation massive des organisations. Cette méthode reste adaptée pour la gestion des projets internes aux organisations, se limitant à un domaine précis. 2 destinée à s’adapter au client-serveur. Merise était un courant majeur des réflexions sur une  Euro Méthode  qui n’a pas réussi à percer. Méthode d’Étude et de Réalisation Informatique par les Sous-Ensembles ou pour les Systèmes d’Entreprises.

La méthode Merise est une méthode d’analyse, de conception et de réalisation de systèmes d’informations. En amont, elle se situait dans le prolongement naturel d’un schéma directeur, souvent conduit suivant la méthode RACINES, très présente notamment dans le secteur public. Les projets Merise étaient généralement des projets de grande ampleur de refonte d’un existant complexe, dans un environnement grand système. Sa mise en œuvre peut paraître lourde. On consacre beaucoup de temps à concevoir et à pré-documenter avant de commencer à coder, ce qui pouvait sembler nécessaire à une époque où les moyens informatiques n’étaient pas aussi diffusés qu’aujourd’hui.