L’Europe entre utopie et realpolitik PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La notion de puissance est consubstantielle à celle d’État. Elle qualifie, dans son acception française contemporaine, les rapports de l’État avec ce qui échappe à sa souveraineté. Elle se distingue clairement, de la sorte, de la l’Europe entre utopie et realpolitik PDF de pouvoir, qui s’exerce, à titre principal, dans le périmètre de la souveraineté étatique.


 » L’Europe entre utopie et realpolitik  » est un ouvrage qui repense l’Europe et réécrit son avenir. Il en redéfinit les catégories premières et les postulats originels, autres aujourd’hui de ceux qui animèrent et inspirèrent les pères fondateurs de la construction européenne, au plan philosophique, géopolitique et stratégique. OEuvre de réflexion, de critique historique et de prospective stratégique, ce texte marque un tournant dans la littérature consacrée à l’Union et constitue une référence nouvelle et incontournable pour les analystes et les décideurs politiques. L’ouvrage traite du retour à la realpolitik, de la reformulation des fondements conventionnels de la construction européenne et de l’identification des grands enjeux de demain, favorisant ainsi l’ouverture d’un débat sur le rôle de l’Europe dans le monde.

La puissance est donc d’abord volonté. 2 300, par Sargon d’Akkad, contribué à écrire l’histoire de l’humanité durant les 45 siècles suivants. Cette même volonté de puissance a animé les fondateurs des États modernes, nés dans le creuset de l’Europe médiévale, et leurs héritiers. Et toujours par la guerre, pour laquelle l’État national s’est révélé être l’entité la plus apte, supplantant, au fil des siècles, les autres formes d’organisation politique, telles que les cités-États ou les empires. La philosophie politique de ces prémisses de l’ère moderne a cherché à en dégager les lois et les règles, en marquant qu’elles ne devaient rien à la fortune ni à l’intervention divine. Pour Machiavel, le penseur du politique, c’est l’audace, la virtù du Prince qui lui permet de triompher de ses ennemis extérieurs et d’accroître ses possessions. Julien Freund, ont par la suite défini ce besoin de sécurité de l’individu comme fondamental, préalable à la satisfaction des autres besoins, et déterminé que l’État, dans ses formes les plus variées, est le cadre le mieux à même de pourvoir à l’exigence de la sécurité.