L’installation électrique dans les pièces d’eau PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Article principal : Chauffage de l’eau. Les chaudières l’installation électrique dans les pièces d’eau PDF chauffage central peuvent aussi chauffer l’eau domestique. Articles détaillés : Chauffage de l’eau et eau chaude sanitaire.


Des prescriptions particulières s’appliquent aux salles d’eau, locaux dans lesquels le risque de choc électrique augmente en raison de la diminution de la résistance électrique du corps humain mouillé ou immergé. L’ouvrage définit clairement la notion de volumes tant pour la salle de bains que pour les piscines. La réalisation pratique d’une prise de terre et sa mesure sont décrites pas à pas. La mise en œuvre de la liaison équipotentielle supplémentaire reliant tous les éléments conducteurs et toutes les masses dans les Volumes, est détaillée de manière précise. L’installation électrique, les choix et la mise en œuvre des matériels électriques respectent la norme NF C 15-100 applicable depuis le mois de juin 2003.

Il faut toujours laisser couler l’eau un certain temps avant qu’elle ne soit chaude. Lorsque le robinet est faiblement ouvert on ne dispose pas toujours d’eau chaude. L’eau est chauffée même si on n’en a pas besoin. Plus cher à l’achat mais mieux isolé.

Le gaz naturel est une source d’énergie fossile. C’est l’énergie qui a connu la plus forte progression depuis les années 1970. Elle représente le cinquième de la consommation énergétique mondiale. Les gros appareils peuvent nécessiter une adaptation de l’alimentation électrique. Le propane est utilisé pour les habitations qui ne disposent pas d’un raccordement au gaz naturel.

Le réservoir doit être dimensionné en fonction des besoins du ménage. Il ne doit pas être trop petit car on risque de se trouver souvent sans eau chaude. Il ne doit pas être trop grand car le coût d’achat et la consommation en énergie sont plus élevés. 160 L pour une habitation avec 2 baignoires pouvant fonctionner simultanément. Il faut également s’assurer du bon rendement du ballon d’eau chaude afin qu’il assure un confort optimal et une consommation moindre. Les ballons d’eau chaude ont une durée de vie plus ou moins longue en fonction des mécanismes mis en place pour garantir leur durabilité et de l’entretien. De manière générale les ballons d’eau chaude durent plus longtemps que la garantie constructeur.

L’entretien de ce matériel étant souvent négligé, une fois la panne ou la fuite déclarée, l’appareil est souvent remplacé. Les cuves des ballons d’eau chaude sont réalisées en métal, qui, même protégé par un revêtement comme de l’émail, peut être corrodé par l’eau chlorée. L’anode sacrificielle, par exemple une anode en magnésium, protège la cuve mais doit être remplacée une fois consommée. Dans le premier cas, la résistance est plongée dans la cuve.

Ces résistances sont donc à proscrire si l’eau est très calcaire. Dans le deuxième cas, la résistance est placée dans un fourreau sans contact direct avec l’eau. Il n’y a donc pas d’entartrage, mais le rendement est plus faible. Il n’est pas nécessaire de vidanger l’appareil pour changer la résistance, le fourreau maintenant l’étanchéité. Le premier chauffe-eau électrique à accumulation est inventé en 1915 par Frédéric Sauter. Une résistance électrique dans le réservoir amène l’eau à la température souhaitée. Le ballon d’eau chaude de confort est proche du ballon d’eau chaude économique, mais il chauffe l’eau automatiquement si la réserve descend sous la température de référence.

Elles ont une longue durée de vie mais conviennent uniquement pour de petites quantités. Ils sont plus économiques et généralement plus rapides que les chauffe-eau électriques. Les chauffe-eau à chauffage direct fonctionnent indépendamment du chauffage central et disposent de leur propre brûleur. L’eau traverse un tuyau en spirale placé dans les gaz chauds. Ce système est le plus avantageux : le temps de chauffage est court et le débit d’eau élevé. Les chauffe-eau à chauffage indirect fonctionnent à l’aide de la chaudière du chauffage central. L’eau du chauffage est envoyée dans un échangeur à plaques de très grande surface d’échange.

La chaleur est transférée instantanément à l’eau froide sanitaire. D’autres modèles fonctionnent selon le même principe que le bain-marie : un réservoir dans un autre. Avantage : le réchauffage est plus doux, il y a moins de danger de dépôts calcaires. Les chauffe-eau combinés fonctionnent avec une chaudière pendant la période de chauffage de l’habitation et par alimentation électrique quand la source primaire de chaleur est absente. Chauffe-eau solaire de type monobloc : capteurs et ballon de stockage placés sur le même châssis.

Un ballon d’eau chaude thermodynamique intègre une pompe à chaleur qui prélève des calories dans l’air pour les restituer à l’eau. CoP nominal de l’ordre de 3 à 4, mais son efficacité globale sur l’année est en pratique inférieure. 2,5 et 3 fois moins d’énergie à l’utilisation que les modèles à résistance électrique, s’il est bien réglé. Les chauffe-eau thermodynamiques peuvent exploiter le tarif dit heures-creuses car rien n’empêche le fonctionnement exclusif dans les moments les plus favorables économiquement.