La causalité chez Aristote PDF

Ainsi, la cause matérielle d’une écuelle est le bois ou le métal, son essence le fait de contenir des aliments, sa cause motrice le procédé par lequel on l’a fabriquée et sa cause finale son usage en alimentation. La théorie des la causalité chez Aristote PDF est importante au sein de l’œuvre d’Aristote : celui-ci définit l’enquête philosophique elle-même comme une recherche des causes. Il s’agit de la cause la plus inaccessible, la moins connaissable, bien qu’elle soit en même temps la plus évidente.


La matière et la forme sont fondues dans le sunolon, la substance composée. Et s’il est possible à l’intellect de l’homme de dégager la forme de la matière, ce qui rend la connaissance possible, il ne lui est pas possible d’envisager la matière seule, pure. Elle est le pondérable, le sensible, le corps d’un animal ou d’une œuvre. Dans les concepts fondamentaux d’Aristote, la puissance est associée à la matière. La forme d’un objet n’est pas que sa forme géométrique : c’est sa définition, ce qui le rend définissable. Aristote définit la cause motrice comme :  le principe premier d’où part le changement ou la mise en repos. Le mouvement reflète, chez Aristote, une acception beaucoup plus large que celle communément acceptée aujourd’hui : il ne s’agit pas seulement d’un changement de lieu.

Des phénomènes comme la génération et la corruption sont aussi, pour Aristote, des formes de mouvement. En bref, un mouvement est n’importe quel changement, ou, dans son vocabulaire, un devenir. Par la suite, dans la philosophie médiévale, la cause motrice devient causa efficiens. Elle n’est alors plus seulement une explication du changement dans les étants, mais aussi une explication de leur existence même : les choses sont ce qu’elles sont parce que l’existence leur est apportée de l’extérieur. Dans le cas de la cause efficiente, on pourrait distinguer la cause principale de la cause instrumentale. Par exemple, si un peintre peint un tableau, la cause efficiente principale est le peintre. Cependant, il a aussi utilisé un pinceau et ses connaissances de peintures.

Ces derniers ne forment pas un cinquième type de cause, mais ils font partie de la cause efficiente que l’on nommera cause efficiente instrumentale. Elle est souvent difficile à distinguer de la cause formelle. C’est la raison d’être de la chose, ce en vue de quoi elle existe. La finalité est un concept capital de la philosophie d’Aristote :  Tout art et toute investigation, et pareillement toute action et tout choix, tendent vers quelque fin. Cette dernière cause, en engendrant la question  QUID EST ? Cette section n’est pas rédigée dans un style encyclopédique. Pour exemple, il est possible de prendre le cas d’une maison.