La culture des problèmes publics : L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique PDF

Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la confrontation des idées. Je me propose d’évoquer à chaud et succinctement, un fait d’actualité, une déclaration intéressante, ou un événement la culture des problèmes publics : L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique PDF un éclairage, une remarque. Je m’autorise à être subjectif, anecdotique, rapide.


La culture des problèmes publiques est un livre précurseur. Il raconte les péripéties de l’histoire du problème public de l’alcool au volant aux Etats-Unis. Joseph Gusfield enquête sur les opérations accomplies par les agences administratives, les commissions parlementaires, les bureaux de statistiques, les laboratoires de recherche et les organes de presse. Il analyse les stratégies des producteurs et des distributeurs d’alcool, des entreprises d’automobiles et des compagnies d’assurances pour se dédouaner de toute culpabilité. En empruntant à la dramaturgie et à la rhétorique, il se lance dans une analyse culturelle des mises en scène et en argument de la responsabilité causale et politique des accidents. Gusfield reste de ce point de vue inégalé : ses propositions ont rarement été reprises par la sociologie des problèmes publics ou par la sociologie de l’action publique. Dans une longue postface, Daniel Cefaï restitue l’œuvre de Gusfield dans son environnement intellectuel – l’héritage de la tradition de Chicago, la sociologie du droit des années 1960 et celle, émergente, des sciences et des techniques, l’ethnométhodologie, l’anthropologie symbolique de Victoi Turner ou la critique littéraire de Kenneth Burke.

Il est loisible de débattre à partir de ces thèmes et sujets, ou d’autres que les lecteurs peuvent choisir. Car ce blog a pour objectif d’être un lieu d’échanges. De fait, les Français en colère ont bâti leur puissance sur un désordre créatif. Ils sont les empêcheurs de tourner en rond. Depuis le 17 novembre, les oubliés d’hier sont devenus omniprésents. Ceux qui rêvent de faire taire les Gilets jaunes, réduits à des casseurs décérébrés, s’affolent d’une liberté de pensée retrouvée. La tentation, chez certains, de constituer des listes en vue des élections européennes, vient d’ailleurs contredire leur rejet de la politique traditionnelle.

Leurs petites ambitions dévoilées, semblables à celles qu’ils dénoncent quand ils s’en prennent aux parvenus, les décrédibilisent. Je crois que le bienfait principal de ce mouvement des Gilets Jaunes , c’est à dire de la France profonde, des « invisibles » est que le Gouvernement dorénavant, avant de créer une nouvelle taxe va y réfléchir à deux fois et essayer de trouver une autre solution. Tout cela en fait est parti de l’augmentation de l’essence et du diesel. C’est l’étincelle qui a mis le feu aux poudres, la goutte qui a fait déborder le vase. Nos gouvernants ont fait preuve de cynisme en laissant des casseurs sévir lors du début du mouvement dans le but évident de salir les GJ.