La Décoration naturelle PDF

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent la Décoration naturelle PDF. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


Chaleur du bois et de la terre cuite, sobre élégance du lin, du raphia, de la mousseline et de l’osier, douceur et riches tonalités des peintures au fini mat et crayeux, beauté d’un parquet décoloré ou du plâtre brut évoquant une fresque antique : la force d’expression de ces matériaux, des jeux de lumière, des couleurs, motifs et textures constitue l’essence même de la décoration naturelle. S’inspirant de l’artisanat ethnique ou de la sérénité des maisons traditionnelles japonaises, symboles de l’équilibre parfait entre l’art et la nature, elle nous rappelle l’influence bénéfique de cette dernière sur notre façon de vivre, à travers la fraîcheur d’une cotonnade ou la beauté simple de galets ou de coquillages ramassés sur la plage. Plus qu’un style, cette décoration s’affirme comme un véritable art de vivre, soucieux de préserver l’harmonie entre notre cadre de vie et l’environnement, de se démarquer des modes passagères pour s’inscrire dans le long terme.

La peinture à la chaux est, comme son nom l’indique, un type de peinture dont le liant principal est de la chaux. Les recettes de peinture à la chaux sont anciennes. La chaux possède des propriétés assainissantes, elle régule l’hygrométrie et l’humidité, assure la protection des murs tout en les laissant respirer. De plus, la peinture à base de chaux possède une transparence particulière intéressante pour certains effets décoratifs. Cette couche de liant, légèrement soluble à l’eau, est renouvelée périodiquement. Selon les époques et les pays, l’ajout de pigments a permis de colorer dans une gamme spécifique liée à la nature minérale de ceux-ci. Quand on parle de peinture, il est nécessaire d’étudier leurs liants.

Les liants peuvent être distingués selon leur nature. Les deux premiers sont dits traditionnels par opposition aux liants synthétiques. C’est la chaux vive éteinte industriellement ou par des moyens artisanaux dans un grand volume d’eau. Elle se conserve aussi longtemps qu’elle est dans l’eau sans gaz carbonique. Il est préférable de l’éteindre longtemps à l’avance afin d’être certain de ne pas avoir d’éléments non éteints qui provoqueraient des nuisances. La chaux en pâte sera délayée jusqu’à une fluidité convenable pour être appliquée à la brosse. L’inconvénient de la chaux en pâte est qu’elle ne permet pas de calculer la coloration et l’adjuvantation par pesée à cause de sa teneur variable en eau.

L’ancienne appellation de cette chaux est : XAN – chaux aérienne naturelle, celle-ci n’est pas normalisée. Ses caractéristiques colloïdales et l’absence de carbonatation partielle à l’extinction par immersion en font une chaux aérienne d’excellente qualité. C’est la chaux vive éteinte industriellement par aspersion avec le dixième de son poids en eau. Mélangée à de l’eau, elle se conserve aussi longtemps qu’elle est recouverte par celle-ci. Carbonatée, elle reste légèrement soluble à l’eau. Comme pour la chaux aérienne en pâte, sa prise se fait par fixation de gaz carbonique: carbonatation.

Mesurable en poids et en volume, elle permet de calculer la coloration et l’adjuvantation par pesée. Quand elle est adjuvantée avec des résines, son temps d’utilisation est réduit à une journée maximum. Elle est en poudre de couleur blanchâtre à grisâtre. Ce sont les agrégats du lait de chaux. Il est nécessaire qu’ils soient compatibles avec l’alcalinité de la chaux.