La haine du monde : Totalitarismes et postmodernité PDF

Paris – Salon du livre et de la haine du monde : Totalitarismes et postmodernité PDF famille – Chantal Delsol – 2. Chantal Delsol ou Chantal Millon-Delsol, née le 16 avril 1947 à Paris, est une philosophe et écrivaine française. Elle fonde l’Institut Hannah Arendt en 1993 et devient membre de l’Académie des Sciences morales et politiques en 2007. Elle est la sœur de Jean-Philippe Delsol, avocat.


Le XXe siècle a été dévasté par la démiurgie des totalitarismes qui, espérant transfigurer le monde, n’ont abouti qu’à le défigurer. Mais il serait faux de croire que ces illusions totalitaires nous ont quittés. Car nous avons rejeté avec force le totalitarisme comme terreur, mais tout en poursuivant les tentatives de transfiguration du monde.Au point de l’histoire où nous en sommes, le débat et le combat opposent ceux qui veulent encore remplacer ce monde, et ceux qui veulent le défendre et le protéger. La conviction de Chantal Delsol est qu’une partie de l’Occident postmoderne, sous le signe d’un certain esprit révolutionnaire, au sens de radicale utopie, mène une croisade contre la réalité du monde au nom de l’émancipation totale. La philosophe définira ainsi le projet de la modernité tardive : une démiurgie émancipatrice dans le sillon des Lumières françaises de 1793 et du communisme, œuvrant sans la terreur et par la dérision, toujours barbare mais promue par le désir individuel et non plus par la volonté des instances publiques. Un essai cinglant et sans compromission par l’une des meilleures philosophes de notre époque.

Chantal Delsol a été l’élève du philosophe et sociologue libéral-conservateur Julien Freund, disciple de Max Weber, sous la direction de qui elle soutiendra sa thèse en 1982. Marne-la-Vallée, où elle dirige le Centre d’études européennes, devenu Institut Hannah Arendt, qu’elle a fondé en 1993. Elle a été élue membre de l’Académie des sciences morales et politiques le 18 juin 2007 au fauteuil de Roger Arnaldez. Après sa thèse consacrée à la philosophie politique de l’Antiquité, Chantal Delsol a fait de l’histoire des idées politiques sa spécialité d’enseignement et de recherche. Chantal Delsol est un fervent partisan du fédéralisme, idéal qu’elle dit puiser du fond catholique et des pays germaniques de culture baroque.

Elle considère le fédéralisme comme le système politique d’avenir, porteur d’espoir. Elle considère que l’Union européenne actuelle n’est pas une véritable fédération. Son unité politique fait défaut, bien que l’unité administrative existe, qu’elle qualifie de technocrate, encore que ce terme soit galvaudé. Parallèlement, Chantal Delsol met en évidence un esprit européen qui dépasse les particularismes qu’elle qualifie par le mot : irrévérence.

Cet esprit européen est marqué par un désir de connaissance contre le besoin de sécurité, une inquiétude contre la paix de l’esprit, et qui se manifeste par une mise à distance à l’égard de ses idéaux. Une thèse fort proche de son ami Jean-François Mattéi. Si nous regardons la Charte des droits de l’homme musulman, nous y trouvons deux espèces humaines distinctes: celle des hommes et celle des femmes. Or, ce n’est pas ainsi que les Européens voient les choses, puisqu’ils héritent de Saint-Paul le postulat de l’unité de l’espèce humaine. Peut-on imaginer une liberté personnelle qui ne vaudrait que pour une partie d’entre nous ? Chantal Delsol,  Liberté et christianisme , in E. Montfort, Dieu a-t-il sa place en Europe ?

Pour l’auteur, la subsidiarité est un principe d’organisation de la société : elle permet d’attribuer le rôle des différentes autorités. L’attribution des pouvoirs ou la distribution des compétences suit le double principe de la suppléance et du secours. Dans son livre La nature du populisme ou les figures de l’idiot ! Chantal Delsol examine les enjeux du populisme aujourd’hui, c’est-à-dire le regain d’intérêt pour ce concept et l’urgence de le repenser en fonction des conditions de notre monde contemporain.

Mais alors je m’étonne de ne pas voir les autorités musulmanes de notre pays s’indigner les premières et voler au secours du banni. En 2013, elle s’oppose également à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels en France, qu’elle qualifie de  pur délire  et de  pantalonnade d’anarchistes . La même année, elle est à l’initiative du Fondation du Pont-Neuf avec notamment Frédéric Rouvillois. Prix Raymond de Boyer de Sainte-Suzanne de l’Académie française, 2001. Essai sur le pouvoir occidental : démocratie et despotisme dans l’Antiquité, Paris, PUF, 1985. La Politique dénaturée, Paris, PUF, 1986. Les idées politiques au XXe siècle, Paris, PUF, « Premier cycle », 1991.

Traduit en espagnol, tchèque, arabe, russe, macédonien, roumain, albanais. L’État subsidiaire : ingérence et non-ingérence de l’État, le principe de subsidiarité aux fondements de l’histoire européenne, Paris, PUF, 1992. Cet ouvrage a été couronné du Prix de l’Académie des Sciences Morales et politiques. Le Principe de subsidiarité, Paris, PUF, 1993. L’Irrévérence, essai sur l’esprit européen, Paris, Mame, 1993. Le Souci contemporain, Bruxelles, Complexe, 1996. Rééditer par La Table Ronde en 2004.