La peur du rejet (Les contes de Toronto t. 3) PDF

Please forward this error screen to cloud1. Please forward this error screen to cloud1. Le système narratif est fondé sur une série de récits en abyme enchâssés les uns dans les autres. Le roman trouve son origine dans la peur du rejet (Les contes de Toronto t. 3) PDF séjour en Suisse, à l’été 1816, d’un groupe de jeunes romantiques, parmi lesquels Mary Wollstonecraft Godwin, son amant et futur mari Percy Bysshe Shelley, et leur ami Lord Byron.


Les contes de Toronto, tome 3

À trente-cinq ans, Rick Haviland est un orthophoniste respecté. Alors que tous ses amis s’engagent dans des relations durables, il refuse d’abandonner sa vie sexuelle de clubbeur sans attaches. Pour lui, les relations sont dangereuses ; il a un secret à cacher. Quand il rencontre Ian O’Donnell, chargé de clientèle dans un tabloïd local, Rick compte sur ses propres règles pour le protéger d’une relation qui serait plus que passagère.

Lorsqu’Ian révèle son homosexualité, lassé par les rencontres anonymes et de cacher des secrets à sa grande famille catholique, Rick est là, et il est justement le genre d’homme qu’il a envie de mieux connaître. Leur attirance est immédiate, électrique et mutuelle. Ian convainc Rick de briser de plus en plus de ses règles et ses défenses s’effondrent. Mais quelqu’un les surveille, quelqu’un qui aimerait voir cette nouvelle relation échouer.

Lorsque le travail d’Ian devient une menace risquant d’exposer le secret de Rick, leurs carrières et leurs cœurs pourraient bien être détruits.

Récit à la fois horrifique et philosophique, l’œuvre de Mary Shelley est également l’un des textes précurseurs de la science-fiction. Frankenstein devient un mythe cinématographique, et plus largement un élément de la culture populaire. Cooke interprétant le rôle du monstre au théâtre, en 1823. Il est composé de plusieurs couches de récits emboîtés émanant de différents correspondants et, enchâssées dans l’ensemble, plusieurs histoires de vie.

Ainsi, le premier et principal correspondant, Robert Walton, raconte à sa sœur, Margaret Walton Saville, les aventures qu’il vit lors de son expédition maritime vers le pôle Nord. Il aperçoit un traîneau conduit par un géant, puis rencontre un homme et son traîneau, identique au précédent, à la dérive sur un bloc de glace. Il est issu d’une famille relativement nombreuse qui s’est fixée à Genève. D’abord étudiant en philosophie naturelle, il s’est découvert une passion pour la pierre philosophale et est parti poursuivre ses travaux à Ingolstadt. C’est alors que la créature lui conte son histoire.

Livré à lui-même, le monstre a appris seul à survivre. Il est vite entré en contact avec des humains, mais s’est vu repoussé et chassé tant son aspect difforme les a effrayés. Au bout de quelque temps, il entre en contact avec le père, aveugle, mais se trouve chassé par le reste de la famille. Le monstre demande à Frankenstein de lui concevoir une compagne avec laquelle il pourrait vivre à l’écart de la société dans l’isolement et le bonheur. Frankenstein accepte à contrecœur et, sachant que le monstre a le projet de le suivre et de le surveiller, part pour l’Angleterre avec Clerval qui choisit de résider chez des amis. De retour en sa patrie, il se prépare à épouser sa sœur adoptive, Elizabeth.