La préférence nationale et autres nouvelles PDF

Un accord assez unanime s’établit notamment autour de la nécessité de rendre plus effectif l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école, de lui assigner autant qu’il est possible une dimension expérimentale, de la préférence nationale et autres nouvelles PDF la capacité d’argumentation et de raisonnement des élèves, en même temps que leur appropriation progressive de concepts scientifiques. L’opération « La main à la pâte », initiée en 1996 sous le parrainage du prix Nobel Georges Charpak et de l’Académie des sciences, ainsi que les travaux spécifiques et particulièrement dynamiques d’un nombre croissant de sites scolaires, ont permis de mettre en évidence les diverses voies qu’il est possible d’emprunter pour installer dès l’école les premières bases d’une culture scientifique. Il paraît dès lors légitime de tirer parti du bilan positif de l’ensemble de ces avancées. Le présent texte a pour objet de fixer le cadre dans lequel va s’opérer la rénovation de l’enseignement des sciences et de la technologie .


De son île natale au sol français, de la mendiante au professeur, de ses premiers émois à ses récentes déceptions, c’est à un triple voyage – géographique social et mental – que nous convie la narratrice de ce recueil. Usant d’une langue incisive et colorée, la jeune romancière et poétesse sénégalaise y dépeint tant la brutalité des sociétés traditionnelles que la calme violence qui sourd de nos sociétés d’exclusion. Sombre tableau que vient animer l’allégresse féroce du style et tempérer la douce nostalgie irradiant des premières années villageoises et de la solidarité sans phrases des pauvres.

« Du Sahel à l’Alsace, cette cigogne noire nous transporte. Elle a une sacrée plume, du souffle ; de l’humour et un oeil largement ouvert. Son premier livre a notre préférence, Fatou Diome ira loin si la politique Dupire ne la mange pas. » Frédéric Pagès – « Le Canard Enchaîné »
« Un livre court, vite lu, et qui augure bien d’un certain talent de conteuse. » Valérie Thorin – « Jeune Afrique »
« Drôle et mordant, poétique et combatif, ce recueil mérite d’être inscrit aux cours d’instruction civique. » Laurent Gentilhomme – « L’Alsace »
« Elle nous conte la vie là-bas, sans indulgence, et la vie ici, sur les bords de l’Ill, chez les Dupont et les Dupire…C’est drôle, cinglant, dru. » Bruno Rochette – « Le Monde Diplomatique »