La vie extraordinaire et tragique de Jaco Pastorius : Le « plus grand bassiste du monde » PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Avec son vieil ami Jack Bruce, qu’il connaissait depuis l’époque du Graham Bond, ils enregistrent en 1968 l’album Things We Like, qui ne sera toutefois publié que deux ans plus tard, la vie extraordinaire et tragique de Jaco Pastorius : Le « plus grand bassiste du monde » PDF qui lui permet d’aller aux États-Unis. John enregistre son premier album, Extrapolation, en 1969 en compagnie du saxophoniste John Surman, du bassiste Brian Odges et du batteur Tony Oxley.


Cet ouvrage retrace la vie et la carrière de Jaco Pastorius, le musicien talentueux et tourmenté qui a révolutionné l’usage de la basse électrique dans la musique moderne. Comme ses héros Charlie Parker et Jimi Hendrix, il disparut en pleine jeunesse. Mais avant de mourir à l’âge de 35 ans, il avait réinventé le rôle de la basse en jouant simultanément des mélodies, des accords et des effets percussifs, et en jetant des ponts entre le jazz, le rock, le R&B et même la musique classique. De ses débuts dans des groupes de R&B à son émergence comme star internationale de jazz, avec Weather Report et en solo, jusqu’à sa déchéance tragique dans les dernières années de sa vie, cette biographie rend un hommage tendre et sincère au  » plus grand bassiste du monde  » autoproclamé

Tony Williams, il s’installe aux États-Unis en février 1969 afin de rejoindre le nouveau groupe du batteur, The Tony Williams Lifetime, qui comprend en outre Larry Young à l’orgue. L’enregistrement de l’album In a Silent Way de Miles Davis marque un tournant dans sa carrière. En mars 1969, il rencontre Jimi Hendrix lors d’une jam session au Record Plant avec Dave Holland à la basse et Buddy Miles à la batterie. Tony Williams Lifetime puis l’album Bitches Brew, de Miles Davis, deux albums majeurs du jazz-rock naissant. Avec les mois, l’influence de Jimi Hendrix sur son jeu devient plus importante.

Il utilise désormais divers effets rapprochant son timbre des musiciens de rock. A Tribute to Jack Johnson, le manifeste rock de Miles Davis confirme l’évolution du guitariste. Une face de l’album montre l’attirance du guitariste pour les musiques extra-occidentales. 1970, avec le violoniste Jerry Goodman, le claviériste Jan Hammer, le bassiste Rick Laird et le batteur Billy Cobham. Le groupe grave The Inner Mounting Flame puis Birds Of Fire, deux albums considérés comme étant des classiques du jazz-rock.

En 1972, il enregistre Love Devotion Surrender en compagnie de Carlos Santana, où les deux hommes jouent un répertoire très Coltranien. Naima et Let us Go Into the House of the Lord, un titre associé à Pharoah Sanders. L’album sera suivi en 1973 d’une tournée qui ne donnera malheureusement pas lieu à un Live officiel : les enregistrements pirates de la tournée montrent pourtant une musique supérieure à celle de l’album studio. John publie un live, Between Nothingness And Eternity, généralement considéré comme inférieur aux précédents albums du groupe.

En 1974, John continue l’aventure du Mahavishnu, mais avec un groupe entièrement remanié : il comprend désormais Jean-Luc Ponty au violon, Ralphe Armstrong à la basse et Narada Michael Walden à la batterie. En 1975, John délaisse la guitare électrique pour se concentrer sur l’étude de la musique indienne et fonde Shakti, en compagnie de Zakir Hussain, qui publiera trois albums remarquables. A Handful Of Beauty et Natural Elements, les deux albums suivants de Shakti, présentent une synthèse de l’Orient et de l’Occident avec une part d’écriture plus importante que le premier opus du groupe, où l’improvisation primait. En 1978 il renoue avec la guitare électrique pour Electric Guitarist, qui est une sorte de résumé de sa carrière : il y enregistre avec certains membres du Mahavishnu Orchestra, Carlos Santana et même avec Jack Bruce et Tony Williams. En 1979, il monte un autre groupe éphémère,  Trio of Doom , avec Jaco Pastorius et Tony Williams.

Le seul album du groupe sera publié en 2007. Au début des années 1980, il collabore avec les guitaristes Paco de Lucía et Al Di Meola. Le trio publie l’album Friday Night in San Francisco, un immense succès commercial où les trois hommes rivalisent de virtuosité technique. Il reforme une nouvelle version du Mahavishnu Orchestra dans les années 1980, mais qui ne rencontrera pas le même succès que par le passé.

Electric Guitarist, avec d’autres invités de marque, comme Jeff Beck. Il reforme ensuite son trio avec Al Di Meola et Paco de Lucía puis renoue avec Zakir Hussain dans le cadre de  Remember Shakti , où il officie cette fois-ci à la guitare électrique. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Sa première guitare scallopée, une Gibson ES-345, date de l’époque du Mahavishnu Orchestra. Les dates présentées ici sont les dates de publication des albums, et non celles de leur enregistrement. Avec Tony Williams Lifetime 1969 : Emergency! Certains de ces enregistrements seront publiés sur l’album Metamorphosis en 1975.