Langue et identité PDF

Le langue et identité PDF de la littérature arabe classique ? De plus, le fait qu’on lise aujourd’hui des œuvres qui, à l’époque de leur composition, se voulaient didactiques et scientifiques, comme des œuvres purement littéraires, ou artistique, brouille encore plus les repères utilisés par la critique contemporaine. C’est une littérature qui n’est pas ontologiquement centrée autour d’épopées, mais autour de la poésie.


Les théologiens entendent d’abord par ce terme la période du paganisme des Arabes avant la révélation coranique et leur ignorance de Dieu. Bien qu’il y ait peu de traces de littérature écrite durant cette période, la tradition littéraire orale est déjà riche et développée. C’est par la collation de cette tradition orale au VIIIe siècle par les « grands transmetteurs » puis les philologues de Basra et Kufa que cette littérature nous est parvenue. La littérature préislamique est représentée avant tout par la poésie, avec pour fleuron les Mu’allaqât, et pour instrument la qasida, la grande ode préislamique, monomètre et monorime. Nous n’avons donc aujourd’hui qu’une vision partielle de l’ensemble de la production poétique jâhilite. Au nombre des poètes préislamiques les plus représentatifs on peut citer Imrou’l Qays, le « Prince errant », Zuhayr Ibn Abî Sulmâ ou Amr Ibn Kulthûm. Le Coran a été la première œuvre majeure et la plus influente de la littérature arabe.

Le Coran a eu une influence considérable sur la langue arabe. La langue utilisée dans le Coran a donné naissance à ce que l’on appelle aujourd’hui l’ arabe classique  qui jouit toujours d’un important prestige parmi les locuteurs des dialectes arabes modernes. Coran est considéré comme une œuvre unique qui n’entre pas dans ces classifications littéraires. Le texte est compris comme une révélation divine et il est considéré comme éternel et incréé. Une exception notable est cependant à relever, il s’agit d’Hassan ibn Thabit qui composa des poèmes à la gloire de Mahomet et fut connu comme le  poète du prophète . Tout comme la Bible a tenu une place importante dans les littératures des langues étrangères, de même le Coran a marqué durablement l’arabe.

En dehors du Coran, les hadiths, qui consignent la tradition de ce que Mahomet est censé avoir dit et fait dans sa vie, constituent une véritable somme littéraire. La totalité de ces actes et travaux sont appelés sunnah qui se traduit par  tradition . Une autre composition littéraire importante dans les études coraniques est le tafsir ou  commentaire sur le Coran . Nahj al-Balaghah ou  le chemin de l’éloquence. Les recherches sur la vie et l’époque de Mahomet et la détermination des parties authentiques des sunnah, furent une des premières causes majeures du développement de l’érudition en langue arabe. Un certain nombre des premiers travaux étudiant la langue arabe ont été commencés au nom de l’Islam. La tradition rapporte que le calife Ali, après avoir lu un Coran qui présentait des erreurs, a demandé à Abu al-aswad al-Du’ali d’écrire un livre qui codifierait la grammaire arabe.