Le bonheur de lire PDF

Philippe TASSEL, le bonheur de lire PDF Je racontais des histoires à mes enfants. Je les inventais au fur et à mesure, au fil des soirs. Des moments simples de bonheur, passés tous les trois, ma fille, mon fils et moi. J’ai écrit un livre, puis un deuxième.


Le livre est l une des portes ouvertes, la meilleure sans doute, sur le monde et la vie. Apprendre à lire est devenu un droit pour tous les enfants, pour tous les êtres humains. D où le devoir pour les États de donner à lire à leurs citoyens, tous âges confondus. Ce texte donne à réfléchir sur ces postulats, il est l uvre d un bibliothécaire guinéen qui se bat, par la pratique de son métier, par des articles de presse et des notes de lecture, pour la promotion du livre et des bibliothèques en Guinée…

Depuis 1999, je les publie ici, sur Lencrier. J’aimerais que les lecteurs emportent avec eux des personnages, des frissons, des joies, des impressions, des sentiments ou simplement des mots, et que ceux-ci nourrissent leur imagination et leurs rêveries. Pour des enfants à partir de huit ans. Collez votre texte, vous obtenez un livre. Une femme sans âge en sortit : c’était Mita. Elle dépassa Lule sans la voir. Il saisit la gourde en peau de chèvre qui était accrochée à sa ceinture et il se désaltéra.

Mais on allait voir ce qu’on allait voir. Dès ce soir il allait passer à l’action pour qu’on lui laisse faire ce qu’il voulait. D’ailleurs, il en avait vraiment assez des autres. Il voulait ne plus voir personne. Il voulait être tout seul dans un monde où il n’y aurait que les choses qu’il aime.

Et ce rêve allait se réaliser, il en était sûr. Une chaîne dort « C’est alors qu’il se passa une chose étrange. Tandis qu’elle inventait de nouveaux mouvements devant la glace, Carmeline sentait que ce n’était plus son image qui se reflétait dedans. La petite fille du reflet lui ressemblait trait pour trait, mais ses gestes étaient très légèrement différents des siens. C’était comme si une autre petite fille imitait parfaitement ses mouvements à travers une vitre.

Qu’on me livre Satrapouille la sorcière et que mon nom me soit rendu ! Les garçons font face au guerrier, Gladys se trouve dans son dos. Salut à toi étranger, dit-il, sois le bienvenu. Dans ton rêve « Elle rêvait d’un Nibod et elle en trouvait un dans sa trousse. Qui avait pu le placer là ? D’abord, elles n’avaient pas l’argent pour s’en payer elles-mêmes, ensuite si elles avaient voulu lui en offrir un, elles l’auraient emballé dans du papier-cadeau plein de couleurs avec un ruban et elles auraient organisé une petite fête pour le lui remettre.