Le chat et ses mystères PDF

Déméter remettant à Triptolème les graines sous les yeux de Coré. Les mystères le chat et ses mystères PDF’Éleusis représentent une des formes les plus élevées de la spiritualité grecque, et leur fortune a été considérable durant des siècles, dans l’ensemble du monde antique. Les mystères d’Éleusis apparaissent ainsi comme la synthèse entre la tradition de rites secrets et des éléments d’une religion populaire et paysanne, issue d’un culte agraire : en attestent les fêtes des Éleusinia, restées assez primitives, et le rattachement à la religion éleusinienne des Thesmophories et des Halôa.


Le félin occupe une place particulière dans la société depuis l’Antiquité. Déifié dans l’Égypte ancienne, diabolisé et parfois torturé au Moyen Age, le chat accompagne les aristocrates et bourgeois du XVIIIe siècle avant de devenir le confident des artistes et des poètes au XIXe. Il est aujourd’hui l’animal de compagnie le plus apprécié et choyé.

De tout temps le chat a fasciné car il porte en lui le don de la métamorphose, le trouble de la sensualité et de la séduction. A travers son histoire palpitante et secrète, découvrez pourquoi cet animal doux et intelligent n’a rien perdu de son mystère…

Ingénieur de formation, Daniel Lacotte est journaliste et enseigne au Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris. Il a créé des ateliers d’écriture (ouverts à tous) au sein de cette école. Il a publié une vingtaine d’ouvrages notamment chez Albin Michel : Milord l’Arsouille (1989), Les mots célèbres de l’histoire (2003), Le pourquoi du comment, tomes 1, 2 et 3 (2004, 2006, 2008), Les mots canailles (2005), la Petite anthologie des mots rares et charmants (2007) et Les petites histoires de la grande Histoire (2009).

Hymne à Déméter, vers 480 à 482. Les mystères, qui ne furent pas d’emblée accessibles à tous, s’ouvrirent finalement aux riches et aux pauvres, aux hommes libres comme aux esclaves, aux hommes et aux femmes. Quiconque était capable de moduler exactement les formules rituelles en grec et n’avait pas commis d’homicide pouvait être admis à participer aux rituels. Déméter et Perséphone accueillant une procession des mystères. Les rituels des mystères étaient toujours accomplis par les prêtres de Déméter. Ce prêtre avait aussi institué les Éleusinies, fêtes associées au culte. On célébrait le culte dans le télestérion d’Éleusis.

Tous les initiés préservaient les secrets de la religion et croyaient qu’ils connaîtraient eux aussi une vie après la mort grâce à leur initiation à ces mystères. Annuellement, il existait deux célébrations des mystères d’Éleusis : les Grands mystères et les Petits mystères. Ces derniers avaient généralement lieu au printemps, du 19 au 21 du mois d’Anthestérion, c’est-à-dire en février, et se déroulaient non pas à Éleusis mais Athènes dans le faubourg d’Agra, sous la présidence du hiérophante et de l’archonte-roi. Avant les Petits et les Grands Mystères, des spondophores étaient envoyés à travers la Grèce, dans les cités, afin de négocier une double trève sacrée de cinquante-cinq jours. Les Grands mystères duraient neuf jours, d’après la durée de l’errance de Déméter à la recherche de sa fille.

En septembre, avant l’automne, le 19e jour du mois Boédromion, on se préparait aux cérémonies préliminaires qui se déroulaient à l’extérieur et qui sont donc mieux documentées. Les mystes se plongeaient dans la mer pour se purifier avant de procéder au sacrifice purificatoire d’un porcelet. Au cours des journées des 20 au 22 Boédromion, avaient lieu les rites secrets de l’initiation proprement dite, dont certains détails nous sont connus grâce aux nombreuses allusions rapportées par plusieurs auteurs. Dans l’enceinte sacrée du péribole, le prêtre sacrifiait solennellement à Déméter et à Korè.