Le Congo: Historique, Diplomatique, Physique, Politique, Economique, Humanitaire & Colonial… PDF

Flag of the Le Congo: Historique, Diplomatique, Physique, Politique, Economique, Humanitaire & Colonial… PDF of Kongo. L’État indépendant du Congo ou E. République démocratique du Congo, est un territoire sur lequel le roi des Belges Léopold II exerça une souveraineté de fait de 1885 à 1908.


Léopold II commence à nourrir des ambitions colonisatrices à l’égard du Congo en 1877 après avoir, avant même son accession au trône de Belgique en 1865, étudié d’autres possibilités, dont la Chine, le Japon, Bornéo, Fidji, le Haut-Nil. Il est assuré d’une reconnaissance par les autres puissances européennes de ses droits sur le territoire en 1885, à l’issue de la conférence de Berlin. 1900, des informations diffusées par l’Angleterre dans le but d’accaparer le Congo concernant les conditions de travail dans l’État déclenchent une vague d’indignation et de protestation, en Belgique où le roi n’est pas très populaire, au Royaume-Uni, puis aux États-Unis et dans quelques pays européens. En 1908, un an avant la mort du roi, la pression de l’opinion publique et les manœuvres diplomatiques conduisent à la fin de la souveraineté de Léopold II sur le territoire et à l’annexion du Congo par la Belgique en tant que colonie, désormais connue sous le nom de Congo belge. Article connexe : Expéditions préludes à la fondation de l’État indépendant du Congo. Belges et souverain de fait de l’État indépendant du Congo de 1885 à 1908. Congo à une petite nation neutre qu’à leur concurrent dans l’impérialisme.

Le regain d’intérêt pour les richesses générées par le territoire limiteront néanmoins la superficie du territoire escompté. Britanniques, et principalement Cecil Rhodes, tentent de s’approprier la riche région du Katanga. Congo, dont l’avenir économique reste incertain. L’expansion française met le Royaume-Uni mal à l’aise, car ce dernier a une prétention sur le Congo qui date de l’expédition du lieutenant Cameron en 1873 : cette expédition, partie de Zanzibar, ramenait le corps de Livingstone. Le Royaume-Uni, cependant, ne souhaite pas prendre possession d’une grande colonie supposée peu productive. Léopold II entame une campagne d’information au Royaume-Uni, épinglant les rapports relatifs à l’esclavagisme dans les colonies portugaises, et laisse sous-entendre aux grandes compagnies commerciales britanniques qu’il pourrait laisser au Royaume-Uni un statut plus avantageux que celui promis par les Portugais pour le commerce dans le territoire.

Bismarck qu’il ne donnera à aucune nation étrangère de faveur particulière sur le territoire du Congo, et que les Allemands pourront l’exploiter comme tous les autres. En novembre 1884, Bismarck convoque la conférence de Berlin : une conférence qui réunit quatorze États et a pour but de trouver un accord à l’amiable pour le partage de l’Afrique centrale. Après trois mois de négociations, Léopold finit par obtenir satisfaction. Berlin, Strauch, le président de l’Association internationale du Congo, déclare à Bismarck :  La Conférence, à laquelle j’ai le devoir de rendre hommage, voudra bien, j’ose l’espérer, considérer l’avènement d’un Pouvoir qui se donne la mission exclusive d’introduire la civilisation et le commerce au centre de l’Afrique, comme un gage de plus des fruits que doivent produire ses importants travaux. Armes de l’État indépendant du Congo. Parmi les problèmes auxquels Léopold dut faire face, celui des ambitions de Cecil Rhodes pour l’extension des territoires britanniques vers le Katanga.

Les Chambres législatives belges, par une résolution adoptée à la Chambre des représentants, le 28 avril 1885, et au Sénat le 30 avril, avait autorisé Léopold II à devenir chef d’un autre État :  Sa Majesté Léopold II, Roi des Belges, est autorisé à être le chef de l’État fondé en Afrique par l’Association internationale du Congo. L’union entre la Belgique et le nouvel État sera exclusivement personnelle. Léopold II fait en Afrique, il le fait en tant que simple particulier. Le gouvernement n’a donc pas à s’en mêler. Et de fait, sauf à quelques rares moments, le Roi ne tiendra même pas ses ministres au courant du développement de son entreprise. Les Belges voient d’ailleurs d’un mauvais œil les ambitions du roi. Le 1er avril 1886, Winton a terminé son mandat et retourne en Angleterre, où il est engagé par la British East African Association.

La capitale est plus tard transférée à Boma. Fait unique dans l’histoire, l’État nouveau a été reconnu avant que ses frontières ne soient fixées, que son espace ne soit organisé et surtout, que sa population ne soit informée de ce qui lui arrivait. Un cas pas si unique puisqu’il fut la règle lors du partage de l’Afrique par les puissances colonisatrices à partir de cartes approximatives avant de procéder au report des frontières sur le terrain. Association internationale du Congo et la remplace par un cabinet composé de Belges dont la mission est d’assurer la gestion de l’État.

Les deux premiers démissionnent de leur fonction en 1890 pour manifester leur profond désaccord avec la nouvelle politique commerciale du roi, et notamment la levée d’impôt sur le caoutchouc et le fait que le produit total des récoltes soit dorénavant réservé au profit de l’État. Van Eetvelde reste en place et endosse les fonctions des deux autres, devenant jusqu’en 1897 monsieur le  Ministre du Congo  pour les parlementaires et la presse de Belgique. Article connexe : Histoire militaire de la république démocratique du Congo. Danois Olsen qui, naturalisé belge, deviendra général lors des combats victorieux de la Force publique contre les Allemands lors des campagnes de l’Afrique orientale allemande et finira gouverneur général. La Force publique, à la fois armée et police nationale, s’agrandit progressivement et finira par compter 19 000 hommes en 1910.