Le Flamboyant, Livre Unique de Français, CE1, Togo, Eleve PDF

Avec une population de 7 581 habitants en 2009, elle est la principale ville de son arrondissement dont elle est la sous-préfecture. Articles connexes : Géographie de la Charente-Maritime et Géologie de la Charente-Maritime. La commune de Saint-Jean-d’Angély se situe dans le Nord-Est du département de la Charente-Maritime, dans l’ancienne le Flamboyant, Livre Unique de Français, CE1, Togo, Eleve PDF de Saintonge. Arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Sud-Ouest français et parfois le Grand Ouest français.


Les lieux-dits de la commune sont : Fossemagne, les Granges, Moulinveau, la Touzetterie. La ville est construite sur le versant sud-ouest d’un coteau qui descend en pente douce vers la Boutonne. Article détaillé : Climat de la Charente-Maritime. La Charente-Maritime est le département français qui a été le plus durement touché par la tempête Martin, le 27 décembre 1999. L’aérodrome de Saint-Jean-d’Angély avec sa piste en herbe homologuée de 850 mètres est ouvert à l’aviation d’affaires.

Si le centre-ville est constitué de logements anciens, de nouveaux quartiers sont apparus à la périphérie : 300 appartements en HLM sont ainsi disponibles sur la commune, mais également cinq cités de logements pavillonnaires comprenant 250 logements. Article détaillé : Histoire de la Charente-Maritime. La villa gallo-romaine Angeriacum est pillée par les Germains puis par les Bagaudes. Une résidence des ducs d’Aquitaine, ainsi qu’une chapelle, sont ensuite construites sur le même emplacement. C’est en 817 qu’un monastère est fondé par Pépin Ier d’Aquitaine pour abriter la relique de saint Jean-Baptiste.

Saint-Jean-d’Angély, détruisent le monastère et égorgent les moines. En 1010, une abbaye est fondée à la place du monastère par les bénédictins de Cluny, assurant ainsi le développement de la ville. Au Moyen Âge, Saint-Jean-d’Angély devient une étape sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, entre Aulnay et Saintes. Elle est assiégée par les troupes de Jean II le Bon en 1351. En 1360, avec le traité de Brétigny, la ville, comme toute la Saintonge septentrionale, repasse aux mains des Anglais.

En 1372, Patrice de Cumont, maire de la ville, meurt en chassant définitivement les Anglais hors de la ville. Damme en Belgique où subsiste encore la maison de Saint-Jean-d’Angély. Saint-Jean-d’Angély devient une place forte protestante pendant les guerres de Religion. En 1568, l’abbatiale gothique est détruite par les huguenots. Le 5 mars 1588, le prince de Condé, chef des protestants, meurt soudainement à Saint-Jean-d’Angély. Sa femme, Charlotte de La Trémoille, est soupçonnée d’avoir fait empoisonner son mari après l’avoir trompé. Les villes d’Aunis et de Saintonge ne sont pas les dernières à entrer en rébellion, forçant le roi à se porter devant les murs de Saint-Jean-d’Angély.

La cité de Saint-Jean perd ainsi la majeure partie de sa riche population industrieuse et est ruinée. La paix revient vingt ans plus tard avec Louis XIV qui pardonne à la ville et lui redonne son nom originel. Boutonne qui servit de voie d’eau jusqu’à Tonnay-Charente, considéré alors comme l’avant-port de Cognac. La crise du phylloxéra, à partir de 1872, entraîna une grave crise économique pour la région et pour la ville, qui perdra une grande partie de ses vignobles et de ses richesses.

En septembre 1937, la base aérienne 129 Saint-Jean-d’Angély-Fontenet entre en activité. Elle abrite notamment une école de pilotage et l’école des radionavigants. En juin 1940, des centaines de véhicules qui fuient le Nord de la France traversent Saint-Jean-d’Angély. Des réfugiés du Nord, de Belgique des Pays-Bas et du Luxembourg, séjournent dans les hôtels. Les alertes diurnes et nocturnes se succèdent. Le 20 juin 1940, le capitaine Georges Goumin, commandant de l’École des radio-navigants, organise un départ par avion vers l’Angleterre.

Le camp de Mazeray à la sortie du faubourg Taillebourg regroupe soldats et officiers français à qui les Angériens vont porter des provisions ainsi qu’à Surgères, où 25 000 prisonniers français sont entassés dans de cruelles conditions. Il est interdit de circuler dans les rues après 22 heures, soit 21 heures au soleil. Dans la nuit du 14 au 15 août, des avions de la Royal Air Force survolent Saint-Jean-d’Angély pour aller bombarder la base allemande de Bordeaux. Le même mois, les tickets de rationnement apparaissent. Les hôtels, le collège et de nombreux bâtiments municipaux ont été réquisitionnés. Une sentinelle scrute le ciel depuis le clocheton de l’hôtel de ville.

Après l’abandon de la base aérienne par les Allemands, les Américains l’occuperont de septembre 1951 au 23 mars 1968, sans activité aérienne. Article détaillé : Administration de la Charente-Maritime. Article connexe : Élections municipales de 2014 en Charente-Maritime. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.