Le nom propre en discours PDF

Le Nom des gens est un film français réalisé par Michel Leclerc. Bahia Benmahmoud est une pasionaria des temps modernes. Le nom propre en discours PDF de la méthode baba cool, elle fait l’amour plutôt que la guerre et couche avec les hommes de droite qu’elle croise pour les faire changer d’opinion, se définissant elle-même comme une  pute politique .


Ce numéro des Carnets du Cediscor propose une approche du nom propre comme «mot du discours». Prenant appui sur les réflexions et les acquis des sciences du langage, ainsi que ceux d’autres disciplines (philosophie du langage, sciences sociales, approches littéraires), les auteurs proposent de montrer en quoi le nom propre participe à la construction du sens dans les discours, mais aussi voit son sens se modeler et se configurer par les discours.
Les contributions rassemblées ici s’attachent aux caractéristiques spécifiques du nom propre, mais en renouvellent l’approche en étendant le répertoire de ses fonctions discursives, de ses emplois contextuels et de ses variétés, tant formelles que sémantiques. Sont ainsi abordés des noms propres prototypiques comme l’anthroponyme et le toponyme, ou plus atypiques, comme le praxonyme (nom propre d’événement) ou le polémonyme (nom de bataille), tous contribuant en discours à la construction des identités, des mémoires et des sens.

Coordination éditoriale

Michelle Lecolle est maître de conférences en linguistique à l’université Paul Verlaine de Metz. Marie-Anne Paveau est professeure de linguistique à l’université Paris 13-Villetaneuse. Sandrine Reboul-Touré est maître de conférences en linguistique à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le générique mentionne une équipe de tournage en Algérie, peut-être à Beni Saf, ou dans les vignes voisines, d’Aïn Temouchent. L’actrice principale Sara Forestier, à une avant-première du film. Le film a été tourné en grande partie à Bagnolet, où vit la coscénariste Baya Kasmi. En effet, Bahia est très fière de ses origines algériennes alors qu’Arthur cache à tous que sa mère était juive et que ses grands-parents sont morts dans les camps. De nombreuses scènes montrent l’Hôtel de Ville et sa place, le café le Bal perdu, le Franprix, le marché. L’auteur des peintures exécutées à l’âge adulte par le personnage de Mohamed Benhmamoud – père de Bahia dans le film – est Dib Kasmi, le père de Baya Kasmi, la coscénariste du film.