Le Violoneux PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En le Violoneux PDF : Quelles sources sont attendues ? Lucille Savoie joua très tôt de la musique, notamment de la guitare, de la guitare basse et de la mandoline.


PIERRE, seul.
Il entre en marquant le pas. Le n°1, son numéro de conscription, se détache en relief sur son chapeau.

COUPLETS.

REFRAIN.
Conscrit !… conscrit !Guignon maudit !L’sort me poursuitJ’en perds l’esprit Et l’appétit.Je suis conscrit.
I
Il m’ sembl’ déjà que la batailleAutour d’ mes jamb’s a commencé…Zin, zin, boum, boum !… C’est la mitraille !Mon doux patron ! me v’là blessé !Je veux courir, mais j’ t’en souhaite, Je suis moulu,Je suis rompu,On m’poursuit à la baïonnette,
II
Sur le rempart, j’ fais sentinelle ;De peur, de froid, je suis transi.On vient… Qui va là ?… sans chandelle.Comment savoir si c’est l’enn’mi ?Je tire en l’air, mais j’ t’en souhaite, Il fait si noir…Pierre, bonsoir !…En deux temps mon affaire est faite.
(Il jette son chapeau par terre.)

Scène II.

REINETTE, PIERRE.

REINETTE.
Enfin !… j’ vous trouve, monsieur Pierre ; v’là deux heures que j’ cours après vous pour vous consoler. Ouf !
PIERRE.
Vous êtes fatiguée ?
REINETTE.
Dame ! tout le monde n’a pas l’ jarret aussi bien planté que vous.
PIERRE.
Voyons voir.
REINETTE.
Eh ben !… eh ben !… qu’est c’ qui vous prend ? (Ramassant son chapeau.) T’nez, mauvaise tête.
PIERRE.
Merci, mam’zelle Reinette. (Lui montrant son numéro.) Le v’là, le gredin ! Comm’ il se fiche de moi… (Le déchirant avec ses dents et le jetant par terre.) Tiens, tiens, tiens !
REINETTE.
Mais pourquoi vous tourmenter, puisque vot’ oncle doit vous acheter un remplaçant ?
PIERRE.
Oui, comptez là-dessus. Je r’viens d’ chez lui. Je lui ai dit comm’ çà, pour l’ tâter : Mon oncle, j’ suis conscrit… et amoureux. L’ gouvernement a besoin d’ moi. Les hommes valent 2,000 fr. à c’t’ année, et j’ n’ai pas l’ premier liard, c’est l’ vrai moment de s’exécuter.
REINETTE.
Qu’a-t-il répondu ?
PIERRE.
Lui ?… Il m’a flanqué à la porte sans même me proposer de partir à ma place l’ vieux sans cœur.
REINETTE.
Eh ben ! faut pas s’ désespérer pour ça. (Avec intention.) Nous sommes un brin cousins, pas vrai, et j’ai une idée. (Elle lui essuie le front avec son mouchoir.)
PIERRE.
Voyons voir… Merci, mam’zelle Reinette.
REINETTE.
Ce que votre oncle vous refuse, si je le demandais pour vous à mon parrain ?
PIERRE, avec effroi, se levant.
Au père Mathieu ? Je n’ veux point, je n’ veux point !…
REINETTE.
Tiens ! pourquoi donc ?
PIERRE,
Mam’zelle, je n’ suis qu’un pauvre sabotier, mais j’aimerais mieux… trépasser sans confession que d’ lui devoir quéqu’chose. Savez-vous ce que c’est que l’ père Mathieu ?
REINETTE.
Dame ! l’ violoneux du pays.
PIERRE.
Lui ! un violoneux !… pour la frime, possible… mais au fond. Un homme que son père avait des millions, à c’ qu’on raconte au pays… et qui racle le boyau pour vivre, un sournois qui vous a d’ gros souliers ferrés et qui dégoise quasiment mieux que les beaux messieurs de la ville ; t’nez, c’est pas clair. J’ suis pas plus bête qu’un autre, (Mystérieusement, la prenant par la main.) M’est avis, mam’zelle (il ne peut pas nous entendre), m’est avis, que c’est… un sorcier !

En 1954, Lucille Savoie commence sa carrière à Vancouver sous le nom de  Lucille Starr . Son plus grand succès est son album The French Song avec le succès de la chanson Quand le soleil dit bonjour aux montagnes, écrite par les auteurs-compositeurs américains Harry Pease et Larry Vincent, et traduite et interprétée en français sous le titre « Bonjour mon soleil » par la chanteuse Carmen Richer en 1945. Sa voix est caractérisée par son vibrato qui en fait une chanteuse de Yodel. En 1987, Lucille Starr est la première femme à être intronisée au Hall d’Honneur de l’Association de la musique country canadienne. Elle est également la première femme à remporter le prix Europe’s Gold Tulip Award.

En 2005, elle est membre honoraire de l’Aboriginal Music Hall of Fame du Canada. En 1956, elle rencontre le chanteur, auteur-compositeur, guitariste et violoneux Bob Regan, avec qui elle forme un duo country, les Canadian Sweethearts. Lucille Savoie et Bob Regan se marient et s’installent à Los Angeles. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 15 décembre 2018 à 02:03. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Canada français, ou encore dans les milieux folk ou trad. Il s’agit donc d’un instrument de musique populaire ou traditionnelle, plutôt que classique. Le latin médiéval fidula ou vitula est certainement un emprunt au germanique. Ce violon a le plus souvent quatre cordes. D’apparence brute, il est fait à partir de bois sombre.

Dans certains cas, le chevalet supportant les cordes est abaissé afin d’améliorer la jouabilité. Il est aussi utilisé dans d’autres musiques moins traditionnelles et plus modernes, comme la musique country et le punk celtique. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 26 décembre 2018 à 15:16.

Jump to navigation Jump to search « Le Barbier de Séville » redirects here. A scene from a 19th-century version of The Barber of Seville. Its origins in the commedia dell’arte are shown in this picture which portrays Figaro dressed in the costume and mask of Harlequin. Though the play was poorly received at first, Beaumarchais worked some fast editing of the script, turning it into a roaring success after three days. The story follows a traditional Commedia dell’arte structure, with many characters seemingly based on famous stock characters.

Scene: the street in front of Dr. The Count, disguised as a poor university student, waits in hope of catching a glimpse of Rosine, whom he encountered in Madrid and has followed to Seville. To this point they have never spoken to each other. While the two men talk, Dr. Bartholo and Rosine come to a window of the house. The two are interrupted when they overhear Dr.